L’Institut national de la santé publique (INSPQ) a mis en ligne les résultats d’entrevues individuelles téléphoniques réalisées auprès de 1000 personnes âgées de 60 ans et plus. Ces entrevues visaient à connaître les perceptions et les comportements de ces personnes par rapport au coronavirus. Mentionnons qu’entre le 2 avril et le 24 mai 2020 l’INSPQ a réalisé quatre sondages téléphoniques auprès des aînés, choisis aléatoirement à partir des listes téléphoniques. Les questions portaient sur leur perception du risque de contracter la COVID-19 par eux-mêmes ou leur entourage, leur perception quant au respect des mesures recommandées par le gouvernement, des conséquences de ces mesures sur leurs activités quotidiennes, du déconfinement, de la gestion de la crise et de l’information disponible.

Photo par INSPQ

L’adhésion aux mesures recommandées par la Santé publique en contexte de pandémie demeure élevée chez les 60 ans et plus depuis le début du confinement. Nous constatons que les aînés sont très préoccupés par les conséquences économiques et sociales de la crise. Le niveau d’inquiétude lié à la COVID-19 a été élevé tout au long de l’enquête, surtout en ce qui a trait aux conséquences négatives de la maladie sur la santé. Toutefois, les données indiquent au fil du temps une tendance à la baisse des craintes de contracter le virus, de le transmettre à un proche ou de perdre un être cher à cause de cette maladie. Les aînés sont de plus en plus nombreux à porter un couvre-visage et à souhaiter qu’il soit obligatoire dans les lieux publics. Lors de la levée progressive des mesures, les difficultés à conjuguer avec certaines mesures de confinement ont diminué entre les mois d’avril et de mai. Notons toutefois qu’à la fin mai près de la moitié des répondants considéraient toujours que le pire de la crise était devant nous.

Les données ainsi recueillies pourront être utiles dans le développement de stratégies assurant que les aînés soient adéquatement protégés de la COVID-19 et que leurs besoins physiques et sociaux soient considérés. Rappelons que, selon les données de l’INSPQ, les personnes âgées de 70 ans et plus constituent le groupe le plus à risque de contracter la COVID-19 et de connaître des complications en cas de maladie. La pandémie de la COVID-19 a touché particulièrement ce groupe d’âge. En effet, ces personnes ont été davantage hospitalisées aux soins intensifs à cause de la COVID-19 au Québec, alors que les 80 ans et plus ont connu la majorité des décès liés à la COVID-19. Puisqu’ils courent un risque plus grand de voir leur état de santé s’aggraver s’ils contractent le virus, les aînés sont davantage ciblés par les mesures de prévention.