Le club des Amis du 3e âge de Disraeli a entrepris l’année 2020 avec enthousiasme à l’idée de célébrer de diverses manières le 50e anniversaire de sa fondation. Toutefois, un intrus importun et clandestin s’est infiltré parmi les 725 membres et a bousillé le programme d’activités et de célébrations. Il s’agit de la COVID-19 qui s’attaque particulièrement au groupe d’âge des usagers de l’association locale, dont, entre autres, 21 membres de 90 ans et plus.

En réaction à la pandémie et à la suite de l’ordre de confinement lancé le 13 mars, l’exécutif s’est vu obligé de barrer les portes de la salle en sachant que ce cadenas entraînait l’annulation d’un bloc d’activités diverses, telles que les soirées musicales, l’épluchette, le défilé de mode, la partie de sucre, le souper, l’assemblée générale, etc. « C’est une perte importante d’activités sociales », déplore la présidente, madame Denise Proteau, en poste depuis 2018. « Ça m’a fait de la peine ! » Par ailleurs, selon les commentaires de cette dernière, les aînés semblent vivre le confinement avec le soutien d’un membre de la famille et l’offre de service d’un traiteur.

Impact financier
De plus, ces annulations ont un impact sur le budget déjà très serré du club, n’offrant pas de marge de manœuvre. Selon la présidente, il n’existe pas de programme de soutien financier gouvernemental récurrent pour aider les aînés, pas de subvention ou d’assistance annuelle. « C’est notre portrait », avoue avec résignation la présidente.

« Le confinement nous a vraiment paralysés et dépaysés : on tombe avec rien ! »

Le confinement convoque la solidarité.