Le 19 octobre dernier les électeurs se sont donné un nouveau député conservateur. M. Luc Berthold. Comme le tableau ci-joint l’indique, M. Berthold l’aura emporté avec 35% des voix exprimées et une belle majorité de près de 3 500 voix. Avec un taux de participation de 67%, semblable au taux national, ce sont plus de 48 000 personnes qui ont exprimé leur préférence.

Mégantic-L’Érable : élections 2015
Nb. Vote %
Berthold, Luc (conservateur) 16 749 35
Berthiaume, David ( libéral) 13 308 28
Delisle, Jean-François ( NPD) 10 386 22
Provost, Virginie ( bloc) 5 838 12
Gervais, Justin ( parti vert) 1 006 2
Résultats tirés du site de Élection Canada le 26 octobre 2015

Rappelons que le Québec a voté libéral à 36 % et que le Canada en a fait autant à 40% : la vague libérale n’aura pas atteint le comté. La sympathie des électeurs de Mégantic-L’Érable pour les conservateurs va à contre courant du Québec où ces derniers n’ont recueilli que 17% du vote et 32% au niveau du Canada.

Ces résultats ramènent à l’avant plan le besoin d’une réforme du mode de scrutin, une promesse libérale et néodémocrate réitérée par M. Justin Trudeau après l’élection. Notre mode de scrutin comporte un déni de démocratie en ce sens qu’une minorité d’électeurs remportent trop souvent les élections, laissant la majorité sans représentation. Prenons notre comté en exemple: ⅓ des électeurs ont élu le député, ce qui signifie que la grande majorité, les ⅔ des votants ne seront pas représentés, une distorsion majeure. Au niveau national, cela se traduit par le fait que les libéraux remportent un gouvernement largement majoritaire de 184 députés et 54% des comtés, mais avec seulement 40% des suffrages exprimés.

Un mode de scrutin de type proportionnel mixte compensatoire pourrait corriger de tels écarts. Il en existe plusieurs formules qui ont cours actuellement dans plusieurs pays dont l’Allemagne. En effet, cette approche permet à l’électeur d’avoir deux bulletins de vote : un pour élire son député de comté à la majorité des voix; un autre pour voter pour le parti de son choix et déterminer les sièges compensatoires en fonction du pourcentage des voix récoltées au national. Une telle « compensation » permet de corriger les distorsions. Selon Ici Radio Canada, en appliquant cette formule aux dernières élections, les libéraux auraient eu 164 députés (-20), les conservateurs 104 (+5), le NPD 53 (+9), le Bloc 12 (+2) et le Parti Vert 5 (+4). La plateforme libérale, en page 29 du document sur internet, contient cette promesse de réforme électorale : déposer un projet de loi dans les 18 mois suivant son élection, suite aux recommandations d’un comité parlementaire. Espérons que cette promesse se réalisera. Un dossier à suivre.