jubilaires_BlanchetteBilodeau
Jeanne-d’Arc Blanchette et Yvon Bilodeau ont fêté leur 72e anniversaire de mariage

Le 19 octobre dernier, la Société d’histoire de Stratford tenait son événement annuel sous le thème : « Les mariages d’autrefois ». À cette occasion, l’assistance a salué la présence de Jeanne-d’Arc Blanchette et Yvon Bilodeau, lesquels fêtent leur 72 ième anniversaire de mariage. Un repas a été servi, suivi de musique traditionnelle jouée par Florian Hébert et Raymond Marcotte.

Hélène Lessard a interrogé les jubilaires : Jeanne-d’Arc est la fille de Dérilda Tessier et Napoléon Blanchette, cultivateurs de Saint-Gérard, parents de six enfants. Fils de Bernadette L’Heureux et de Domicile Bilodeau de Saint-Elzéar de Beauce, Yvon est venu apprendre le métier de forgeron chez Validor Marcoux de Saint-Gérard. Sans salaire, sa pension seulement était fournie durant son apprentissage. Yvon s’est ensuite installé à Stratford et a ouvert sa boutique de forge en 1939. Il a pratiqué son métier pendant trois ans avant d’épouser Jeanne-d’Arc en 1942. Leur fréquentation avait duré quatre ans. Le couple Blanchette-Bilodeau a élevé six enfants à Stratford. Monsieur Bilodeau a pratiqué son métier pendant 53 ans. Puis il a vendu à son fils Raynald. Claude Bilodeau a assumé la présidence durant quelques années; il est maintenant en demi-retraite. Réginald Rouleau et Denis Bilodeau sont les propriétaires actuels. L’entreprise, l’une des plus importantes à Stratford, fonctionne sous le nom de Bilo-Forge.

Après avoir travaillé à la forge jusqu’à 71 ans, Yvon a pris sa retraite. Avec Jeanne-d’Arc, il habite au Château Marysia de Stratford.

La séance de la Société d’histoire de Stratford s’est terminée par la projection de photos de trente mariages célébrés avant 1960. De nombreux commentaires ont été émis de la part des spectateurs qui reconnaissaient, dans ces photos, leurs ancêtres, des parents ou des amis de leurs parents. Grâce aux commandites et au travail de nombreux et de nombreuses bénévoles, l’événement fut un succès.

Source: Denyse Gauthier et Hélène Lessard