La faiblesse du huard se faisant sentir dans les intentions de vacances des Québécois, les destinations canadiennes et québécoises auront la cote cet été, selon un sondage exclusif. Mis à part le Québec, ce sont l’Ontario, les Maritimes et l’Ouest canadien qui dominent le haut du pavé. De plus, la proportion des vacanciers désirant visiter nos voisins du sud a perdu plus de 10 % depuis les deux dernières années, chutant de 21 à 10 %.

Cette année, près de la moitié (46 %) des Québécois s’alloueront un budget de moins de 1 000 $ et 35 % ne s’accorderont qu’une semaine et moins de vacances. De plus, la traditionnelle pause de deux semaines sera adoptée par 31 % des Québécois, un taux qui se situait à 38 % en 2015. Il s’agit d’un écart significatif qui tend à corroborer la tendance vers une période de vacances moins longue. Exception à la règle, la génération Y entend bien profiter de la belle saison, puisque 23 % des répondants âgés de 18 à 24 ans envisagent de prendre un mois et plus.

Ce sont 58 % des vacanciers interrogés qui envisagent de passer l’été au Québec, un résultat similaire à 2015. Les régions de la Capitale-Nationale, du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de Montréal et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine sont celles qui attirent le plus. Pour les 13 % de Québécois qui en profiteront pour découvrir le Canada, l’Ontario (loin devant), le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse sont les destinations les plus prisées.

Des prix à la pompe plus abordables, des destinations plus locales, pas surprenant que les vacanciers soient plus nombreux (71 %) à vouloir utiliser l’auto pour se rendre à destination qu’ils ne l’étaient l’année dernière (68 %). Cependant, seulement le quart d’entre eux fera inspecter leur véhicule avant de partir, une précaution pourtant bien essentielle.

Fait étonnant, 13 % des Québécois voyageront hors Québec sans assurance voyage. De ceux-ci, 24 % sont des jeunes de 18 à 24 ans. « Même si une majorité de ceux qui voyagent sans assurance soins médicaux (65 %) visiteront une autre province canadienne, les gens semblent oublier que nous ne sommes pas couverts dès que les frontières du Québec sont franchies. Les soins d’urgence pour une simple insolation en Ontario peuvent coûter 700 $. Aux États-Unis, les frais d’hospitalisation correspondent parfois à des dizaines de milliers de dollars! », rappelle Suzanne Michaud, vice-présidente assurance chez CAA-Québec.

Ce sondage a été réalisé en ligne pour CAA-Québec par la firme Léger – Recherche Stratégie Conseil auprès de 1 000 Québécois entre le 22 et le 28 avril dernier.

Source : Rébecca Salesse