Manif_stratfordEn fin de journée du 11 mai, 25 personnes, pancartes à la main, ont accueilli le directeur général de la Commission scolaire des Appalaches, M Camil Turmel. Devant l’école primaire Dominique-Savio, M Turmel a dû expliquer la décision de la direction de la commission scolaire de ne pas ouvrir une classe de maternelle à Stratford en septembre prochain à moins que 7 enfants de plus que la norme ministérielle soient inscrits. Les parents de Stratford déplorent fortement cette condition qui leur est imposée d’autant plus que la Commission scolaire leur offre très peu de soutien pour réussir ce recrutement.

Cette décision de ne pas ouvrir une classe de maternelle à Stratford en septembre 2015 relève entièrement de la Commission scolaire qui exige 8 élèves même si le ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ne requiert que 6 élèves originaires de Stratford. Ainsi, on exige au total 13 enfants pour rencontrer les ratios de formation de groupe et régulariser la situation à l’école Ste-Luce de Disraeli.

Cette exigence supplémentaire de la Commission scolaire des Appalaches favorise, une fois de plus, la déportation des enfants des très petites municipalités vers leurs voisines un peu plus grosses en sous-estimant les impacts de cette situation sur les enfants.

De plus, le Comité de mobilisation pour la scolarisation des élèves de Stratford, qui organisait cette manifestation, constate et dénonce qu’il n’y ait jamais de propositions qui suggèrent l’aller et retour inverse qui comporteraient plusieurs avantages. Par choix de leurs parents, les petits auraient l’opportunité de débuter leur cheminement scolaire dans une petite école primaire qui offre un programme unique des Arts du cirque et de la scène, une approche pédagogique différenciée (réponse à l’intervention ou RAI) et des activités parascolaires en musique, en cirque et en anglais. Des atouts développés au fil des années grâce à la débrouillardise et l’engagement de la communauté de Stratford et de l’équipe-école.

Déjà plus de 40% des 52 élèves de la 1ère à la 6e année de l’école Dominique-Savio proviennent de Disraeli et de 3 autres municipalités. Les parents comprennent mal pourquoi la Commission scolaire des Appalaches ne facilite pas cette possibilité pour les enfants dès la maternelle.

Une fois les explications données aux manifestants, la discussion s’est poursuivie à l’intérieur avec les parents. Le Comité de mobilisation a appris que les parents avaient obtenu l’engagement qu’une employée de la Commission scolaire communiquera avec chacun des parents ayant inscrit leurs enfants à la maternelle de l’école Ste-Luce de Disraeli pour leur offrir la possibilité d’inscrire leurs enfants à l’école Dominique-Savio.

Si ces efforts ne permettent pas de recruter les 7 enfants manquants, les bambins de 5 ans de Stratford devront faire 16 km matin et soir pour se rendre à Disraeli, transférer d’autobus et attendre les plus grands avant de revenir chez eux en fin de journée. De plus, Stratford sera privé d’un outil de développement social et économique, une école qui offre tous les niveaux pour attirer de jeunes familles et développer un sentiment fort d’appartenance et de fierté chez les citoyennes et citoyens dès la petite enfance.

Source : Stéphanie Bilodeau, pour Comité de mobilisation pour la scolarisation des élèves de Stratford.


Par ailleurs, selon une information provenant de la municipalité, aux dernières nouvelles, l’école Dominique-Savio de Stratford pourrait compter sur 11 inscriptions dont 6 de Stratford. Mais rien n’est officiel.

La rencontre d’information mentionnée dans le communiqué a lieu mercredi le 13 mai à 18 h à l’école Dominique-Savio de Stratford.

Le Comité de mobilisation pour la scolarisation des élèves de Stratford a encore besoin d’aide et d’empathie pour susciter les inscriptions.

Source: Municipalité de Stratford