Le rapport du Programme de suivi de l’intégrité écologique – PSIE 2003-2012 présente les résultats des inventaires, des échantillonnages et des analyses réalisés ces 10 premières années dans le cadre du Programme de suivi de l’intégrité écologique des parcs nationaux administrés par la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq). Au cours de cette période, les mesures indiquent que, globalement, les parcs nationaux ont maintenu ou amélioré le niveau d’intégrité écologique de leurs écosystèmes.

Les résultats du parc national de Frontenac
Plus spécifiquement, les résultats du parc national de Frontenac révèlent une amélioration de la qualité de l’air et de la qualité de l’eau, alors que la présence et la propagation des espèces exotiques envahissantes ainsi que la situation précaire du doré au Grand lac Saint-François demeurent préoccupantes. Les indicateurs relatifs à l’organisation spatiale du territoire et à la qualité des infrastructures du parc présentent des évolutions satisfaisantes compte tenu de l’accroissement significatif de l’achalandage enregistré entre 2003 et 2012.

« Ces résultats sont remarquables dans un contexte où la fréquentation des parcs nationaux a doublé pendant cette période, passant de 2 M à 4 M de jours de visite, et que 140 M$ ont été investis en infrastructures pour améliorer l’accessibilité des parcs nationaux », a tenu à préciser le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Laurent Lessard.

L’intégrité écologique
La notion d’intégrité écologique fait référence au niveau d’impacts que l’être humain fait peser sur les écosystèmes. Plus un écosystème est naturel, plus son niveau d’intégrité écologique est considéré élevé. Ainsi, le maintien du niveau d’intégrité écologique dans les parcs est un résultat très positif qui indique que la gestion des parcs nationaux a permis de conserver un équilibre adéquat entre la mission prioritaire de conservation et l’accessibilité à ces territoires.

« Il faut rendre hommage aux équipes sur le terrain qui ont su constamment prendre en compte la mission première des parcs nationaux dans leurs décisions. Cela confirme l’engagement de la Sépaq à assumer pleinement son mandat de conservation des parcs nationaux », de souligner M. Martin Soucy, vice-président exploitation et responsable de Parcs Québec.

Le PSIE est la combinaison de plusieurs indicateurs biophysiques qui mesurent les stress et les impacts des activités humaines sur des paramètres spécifiques des écosystèmes. Les paramètres retenus pour le PSIE sont la qualité de l’air, la qualité de l’eau, l’état de la biocénose (êtres vivants), l’organisation spatiale du territoire et la qualité des infrastructures. Le rapport fait état des résultats des mesures de 373 suivis dans 22 parcs nationaux.

Pour prendre connaissance du rapport du PSIE et des résultats du parc national de Frontenac : http://bit.ly/1p76Wo5

Source : Parc national de Frontenac