Monsieur notre député,

C’est avec grand plaisir que nous avons pris connaissance de votre lettre qui soulignait notre obtention, en tant que corédacteurs en chef du journal Le Cantonnier, du Premier Prix dans la catégorie « Opinion », prix décerné par l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ) lors de son édition 2020. Notre texte traitait de la difficile survie des médias écrits, surtout s’ils sont communautaires, sous le titre « Le Cantonnier est-il en péril ? ».

Vous avez perçu avec justesse la pertinence de notre interrogation et la fragilité d’un journal communautaire qui doit se battre, presque sans armes, dans un monde où la virtualité du Web avale tout. D’autant plus que cette année COVID, exigeant la distanciation physique, favorise la virtualité.

Ce qui nous frappe et nous touche dans votre lettre, c’est votre compréhension, d’abord de l’importance des bénévoles dans nos organisations — osons dire dans notre monde, dans nos vies — puis de celle du Cantonnier comme source essentielle d’information. Cette compréhension de notre rôle et de notre place sur l’échiquier médiatique régional mérite d’être partagée avec notre lectorat. Permettez-nous de vous citer.

« Je salue du coup votre engagement bénévole au sein du journal Le Cantonnier, qui est une source d’information essentielle pour les municipalités du secteur sud de la MRC des Appalaches, et pour la circonscription de Mégantic-L’Érable. »

Vous mettez bien en vue, en plus de la population qui lit Le Cantonnier, qu’il y a aussi leurs élus : la boucle est bouclée et notre journal se révèle ainsi être la plateforme d’échange d’information, de communication de tous, pour tous.

Nous apprécions à sa juste valeur votre lettre, qui reflète votre sensibilité à nos réalités régionales. Merci d’avoir pris la plume pour nous l’exprimer.

Veuillez agréer, Monsieur Berthold, nos salutations distinguées.

Jacques Beaudet et Yves Lirette