Cher Père Noël,

Je m’excuse de te déranger à ce moment de l’année où tu es si occupé à préparer les cadeaux pour tous les petits enfants du monde.  Je ne pouvais plus dormir et j’avais plusieurs affaires qui me trottaient dans la tête et qui m’empêchaient de continuer de me reposer. Je pensais que c’était ma nouvelle machine CPAP qui poussait trop d’air dans mon nez et que je n’ai pas encore apprivoisée :  elle ne marche pas comme mon ancienne et j’ai de plus en plus de misère à m’adapter au changement à mon âge. Puis, je me suis mis à penser que c’était Noël bientôt qui arrive et à tout ce que je dois faire pour me préparer.  Là, j’ai pensé que ce serait le fun de faire de petites choses autour de moi pour rendre le monde plus heureux en cette belle fête de l’Amour.  Puis là, je me suis mis à penser à mon fils qui traverse un moment difficile dans sa vie et que je voudrais bien soulager de la peine qu’il a avec tout ce qui se passe dans sa vie en ce moment. Puis, je me suis mis à m’inquiéter de ce que je pourrais faire pour lui et de ce qui pourrait lui arriver s’il ne parvient pas à retrouver le goût de vivre.  Et là, je me suis senti bien démuni et fragile, j’ai même versé quelques larmes.  Alors, j’ai pensé à toi et je me suis dit que peut-être tu pourrais m’aider un peu à trouver le geste ou les paroles qui viendront soulager mon fils dans sa dépression.  Tu sais que j’ai encore bien de la peine du départ de ma fille ainée il y a trois ans de cela.  Parce que la fête de Noël, c’est pour tout le monde mais en particulier, pour les plus petits dans tous les sens de ce mot.  J’ai d’autres petits bobos à soigner mais les autres, je peux m’en occuper.  Tu as juste à m’envoyer une petite pensée dans mon cœur quand tu auras un moment. Je t’aime,

Max Pellam

Le Cantonnier
Le Cantonnier

Les derniers articles par Le Cantonnier (tout voir)