Depuis une vingtaine d’années, je me suis donné un mandat, soit celui de marcher à peu près une heure à chaque jour. Je veux vous dire sans fausse modestie que je me suis très bien acquitté de ma tâche, mais non sans embûche. La principale difficulté que j’ai rencontrée n’a pas été de pratiquer cette activité sportive proprement dite, mais où la pratiquer. Il est préférable de la pratiquer dans les rues où il n’y a pas de chiens en liberté car, même s’il y a un règlement municipal qui demande aux propriétaires de chiens de les garder en laisse, cette directive n’est pas respectée. J’en ai déjà parlé à un échevin qui m’a répondu que s’il y avait des problèmes, je devais téléphoner à la police. Je me suis renseigné auprès des policiers qui, eux, m’ont répondu de porter plainte ou de téléphoner à la ville.

Vous admettrez qu’avec toute cette rigueur administrative, la meilleure solution que j’ai trouvée a été de choisir les rues où il n’y a pas de chiens. Au fil de ces années, je vous dirais qu’il y a au moins une dizaine de ces belles bêtes qui m’ont couru après en me montrant leurs belles dents. Est-ce normal que, pour pratiquer une saine activité physique, il faille faire un plan détaillé des rues que je dois emprunter sans me faire courir après?

Je suis «lucky», je n’ai jamais été mordu, mais je sais que de moins chanceux que moi l’ont été! Est-ce normal?

Jean-Noël Rousseau
Saint-Joseph-de-Coleraine