J’ai le goût de vous raconter mon expérience du mercredi 7 décembre dernier alors que j’assistais à la réunion publique du conseil de ma municipalité.

D’abord, sur l’ordre du jour (après que nous ayons reçu par la poste une mise au point qui se voulait une précision sur un texte d’opinion précédemment paru dans le présent journal), aucune mention de cette controverse entourant la question du changement de nom de la municipalité. Pas de varia, uniquement une période de questions. Nous étions un certain nombre de personnes qui s’étaient déplacées, espérant que nous aurions des réponses suite à la pétition qui avait circulé sur le sujet. Rien !

J’ai finalement risqué une question nécessitant comme réponse « oui  » ou « non ». C’était facile de répondre. La question était: « Allez-vous tenir compte de l’opinion des citoyens suite à la pétition dans laquelle ils s’opposent au changement de nom de la municipalité? » Pas de réponse: rien, nada, silence glacial, malaise… et ils sont nos représentants. Bravo! J’en suis très fière!

Bref, tous les citoyens susceptibles de voter n’ont pas pu être consultés, mais 529 ont exprimé leur désir de conserver l’appellation de Disraeli; et on les ignore. On refuse de répondre. Une farce! À bien y penser: quel grand courage il faut pour s’acharner ainsi dans la poursuite d’une résolution rejetée par la population !

P.S. Prochaine réunion: mardi le 17 janvier 2017 à 20 h. Soyons présents…… et questionnons.

Micheline Labonté
Disraeli