Tout d’abord, l’année 2018 étant marquée par l’arrivée de la nouvelle usine de traitement de l’eau potable après une attente de plus de quinze (15) ans, ceci est un fait marquant.

Cela étant dit, il est toujours louable de faire entendre son opinion à condition que celle-ci reflète la vérité sur les choses que nous avons à dire. Dans le contexte de votre article paru dans l’édition du Cantonnier de juin dernier, certaines précisions et/ou mises au point s’imposent afin d’informer la population sur des facteurs décisionnels comme vous le soulignez si bien, mais, cette fois-ci, avec la bonne information.

Dans un premier temps, la Ville ne veut pas bannir les roulottes de son territoire, mais, bien au contraire, elle désire avoir ces roulottes, mais localisées dans un endroit conçu à cet effet, soit sur un terrain de camping.

Actuellement, la controverse touche onze (11) propriétaires de roulotte dont trois (3) seulement respectent la réglementation municipale, mais surtout la réglementation provinciale. Pour les huit (8) autres, celles-ci sont soit localisées dans la zone inondable ou encore en bande riveraine, contrevenant ainsi à la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables du gouvernement du Québec. Qui plus est, la grande majorité des propriétaires de roulottes sont déjà des résidents de Disraeli.

Dans ce contexte, nous émettons un petit doute sur le fait que l’économie de Disraeli soit basée sur le nombre de personnes (touristes) propriétaires de ces roulottes.

Par contre, l’implantation de terrains de camping ferait effectivement rouler l’économie de Disraeli avec la venue de touristes venant de l’extérieur. Voilà pourquoi le nouveau règlement de zonage prévoit 5 zones afin de permettre l’implantation de ce type d’établissement.

Pour ce qui est des chalets et de leur location, l’ancien règlement de zonage prévoyait quatre (4) zones pour ce type de location. Le futur règlement prévoit dix-sept (17) zones, soit treize (13) de plus.

Aussi, afin de tenir compte des commentaires des citoyens reliés à la location de chalet, un comité, formé de citoyens et de personnes désirant louer leur chalet, élaborera pour la prochaine saison (2019) des politiques de fonctionnement (code de conduite) afin de s’assurer du respect des règles municipales et de civisme. Ce code s’appliquera aux propriétaires de chalet qui désirent en faire la location.

Vous citez le règlement de la municipalité de Saint-Tite comme exemple pour les roulottes : celles-ci sont permises deux (2) semaines lors de son festival annuel; par la suite, les conditions auxquelles les roulottes doivent se conformer sont encore plus restrictives que les nôtres.

Dans votre texte, vous parlez aussi de la distribution d’amendes pour raisons mineures : sachez qu’il n’y a pas de raisons mineures ou majeures dans l’émission d’un constat d’infraction, il n’y a que le non-respect de la réglementation en vigueur. Dans ce cas-ci, la majorité des citoyens a obtempéré à la règle établie et nous croyons sincèrement que tous les citoyens désirent que les règlements soient appliqués pour tous de la même façon, sans favoriser une personne au détriment d’une autre.

Il est particulier que ce soit vous qui écriviez un tel texte, car à aucune des rencontres publiques touchant la nouvelle réglementation, votre présence n’a été remarquée et, qui plus est, à aucun moment, vous nous avez interpellés pour répondre à vos interrogations afin d’obtenir les vraies informations sur la nouvelle réglementation.

En terminant, nous aimerions inviter les citoyens et citoyennes de Disraeli à se rendre sur le site internet de la Ville de Disraeli au « www.villededisraeli.ca » afin de prendre connaissance du jugement de la Commission municipale du Québec (7 août 2018) déclarant la conformité du nouveau plan d’urbanisme et du nouveau règlement de zonage.

Il faut croire que les membres du comité consultatif d’urbanisme ainsi que les élus de la Ville semblent prendre des décisions logiques pour le développement de la Ville puisque la CMQ vient de leur souligner que les objectifs à long terme et la réglementation mise en place cadrent en tout point.

Le conseil municipal

N.B. Tout ce travail a été effectué sous la supervision de la firme « La boîte d’urbanisme », firme spécialisée en réglementation de zonage et d’urbanisme.