Je bois le café. Je bois le café dans une tasse. Un geste banal, me direz-vous, répété quotidiennement depuis des lustres par des millions de gens. Ce que je suis la seule à faire, en revanche, c’est de boire ce café dans une tasse unique.

Pièces de la collection Zen. photo par Dyane Raymond

J’adore la poterie : je bois dedans, je mange dedans, je cuisine dedans, je sers dedans. Pour moi, ce sont des œuvres d’art, des morceaux de bravoure, au même titre que la peinture, la musique, l’écriture, la sculpture… Des œuvres qui requièrent une pensée, une démarche, un geste, une bonté. Et lorsqu’on rencontre la potière Chantal Auger, fière résidente de Sainte-Hélène-de-Chester depuis 5 ans, on comprend qu’elle est façonnée de ce bois-là. Auquel s’allient l’élégance et le respect de la matière qu’elle intègre dans le cœur de ses ouvrages. La dame n’en est pas à ses premières armes : formée en Provence, impliquée de près dans le milieu des métiers d’art, enseignante, ayant côtoyé et peaufiné son art auprès d’autres céramistes comme elle au fil des années ; on pourrait certes la qualifier de sage alors qu’elle-même se considère en apprentissage permanent.

La potière Chantal Auger dans son atelier. Photo par Dyane Raymond

« Je travaille en grès et en porcelaine, décrit-elle en parlant de son métier. Je prends un soin particulier à produire des objets de qualité que l’on pourra apprécier dans leur utilisation quotidienne. Mes émaux sont à base d’argile cueillie respectueusement au ventre de notre mère la Terre. Pour ma collection Terroir, je la décline pure dans un brun profond, allongée de sels pour retrouver une saveur rustique ou mélangée aux cendres de bois pour la profondeur de l’ocre ensoleillé. Le feu à haute température révèle tout de son immense pouvoir alchimique. » La beauté d’un tableau, d’une assiette, d’un bol, d’une musique est aussi le reflet du regard porté sur l’objet. Le nôtre, la nature qui l’entoure, le lieu où il a été créé, son environnement. L’atelier de Chantal Auger, sa maison, son jardin, elle-même, sont un tout indissociable et, lorsque je regarde dans l’une ou l’autre direction, je vois une existence empreinte d’une réflexion attentive et généreuse. Je vois le souci non pas de la perfection, mais de l’utile et du beau, pour que chaque jour on ait le sentiment de mettre les petits plats dans les grands. Ce matin, je buvais le café, qui goûtait bon dans ma tasse signée Auger. En posant le pied dans la terre argileuse du petit lac, j’ai pensé que ça venait un peu de là aussi, ce plaisir ressenti de la matière. Et que le geste usuel de boire un café dans une tasse peut mener à du bonheur. C’est somme toute simple, mais pas banal.

Dyane Raymond
Latest posts by Dyane Raymond (see all)