Un ami très cher d’autrefois me confiait que lorsqu’il ne savait pas quoi faire, il passait le balai. Comme sa maison n’aurait sans doute pas été retenue pour une annonce de spic and span, je me disais qu’il ne devait pas s’ennuyer souvent. Des mots, des images comme ça nous reviennent à l’esprit comme un vieil album photos qu’on redécouvre en classant des affaires, en faisant du ménage. Toujours nous partons, nous quittons quelque chose ou quelqu’un. Toujours il y a un ailleurs auquel on parvient après bien des larmes et des grincements de dents ou en descendant d’un avion comme la reine d’Angleterre, foulant le tapis rouge d’horizons scintillants. Toujours nous partons, nous quittons quelque chose ou quelqu’un. Le confort d’un lit douillet pour aller travailler, la tendresse de l’amie qui nous suit comme un chaud halo. Le temps se chargeant des formalités de départ comme un agent de voyage impitoyable.

Route Marcheterre à Irlande, photo traitement aquarelle.  Photo par Charlie McKenzie

Hier soir, crevée après ma semaine d’ouvrage, je suis rentrée chez moi et j’ai pensé que j’étais contente d’être «enfin» vieille. Que cela me procurait une assurance que je n’avais jamais eue jusqu’alors. Je ne parle pas d’une assurance qui impose ses certitudes, mais de celle qui suggère son amour. Celle qui me fait appeler mes jeunes collègues «mon petit cœur», celle qui me permet de quereller cet autre complètement bordélique et que ça résonne comme un affectueux reproche.

Mes amies de l’Escale à Thetford m’ont appris une chanson d’anniversaire qui se termine par : «… et le temps te laissera quelques rides au front qui t’embelliront.» Maintenant que ces rides se creusent et deviennent irrécusables, si elles ne me rendent pas vraiment plus belle (parce que quand même, quoi de plus beau que la jeunesse ?), me rendent à coup sûr plus sereine, une beauté de l’âme, qui a certes un prix, mais qui vaut son pesant d’or !

La neige s’est remise à tomber. Les braises dans le poêle irradient une bienfaisante chaleur. Ti-Loup et La Chatte dorment nez contre nez. Mon chéri s’affaire dans son atelier. Et c’est samedi ! Qui dit mieux ?