Par Sylvie Veilleux

Le samedi 9 novembre, Stratford accueillait l’auteur de polars, M. André Jacques. Natif de Beaulac-Garthby, cet ex-professeur de littérature au cégep de Thetford Mines a fait un plaidoyer pour l’achat de polars québécois. Le roman policier en tous genres compte des millions d’adeptes dans le monde, y compris au Québec, et pourtant très peu d’écrivains québécois en vivent. « Il s’en écrit de très bons ici comme ailleurs : il faut leur donner une chance ! », a exhorté M. Jacques.

M. André Jacques
Photo par Camille Poirier-Veilleux

Lors de cette rencontre-conférence, les 25 personnes présentes ont appris, entre autres, que CRIME-VICTIME-ENQUÊTE constituent les trois éléments essentiels d’un roman policier. Elles ont découvert qu’au fil des années, ce style littéraire, né en Europe autour de 1840, s’est diversifié. Il a fait son entrée un siècle plus tard aux États-Unis avec le roman noir, qui remue les tripes. Ont suivi les romans mettant davantage l’accent sur le suspense, les procédures policières, le judiciaire, etc. M. Jacques se classe lui-même dans la catégorie des polars à suspense.

Trois de ses six romans lui ont valu des prix d’excellence : le prix Alfred-Desrochers en 2008, pour La tendresse du serpent, ainsi que le prix St-Pacôme du roman policier québécois en 2016 pour De pierres et de sang et en 2019 pour Ces femmes aux yeux cernés, son dernier roman.

Les gagnants des romans de M. André Jacques, 2e à partir de la gauche. Photo par Camille Poirier-Veilleux

Toutefois, le roman policier au Québec ne va pas mieux que le milieu de l’édition selon M. Jacques. Petit tirage, concurrence de l’Internet, manque de visibilité médiatique nationale, compétition internationale affectent l’univers du polar comme les autres livres. « Heureusement que les médias régionaux et locaux sont là pour parler de nous ! » Le Cantonnier l’a fait dans son numéro de décembre 2018, dans lequel il présentait le dernier roman de cet écrivain de notre région et soulignait le prix remporté en 2019.

Les rencontres d’auteur comme celles organisées par le comité de la bibliothèque de Stratford permettent aussi de faire connaître les écrivains d’ici. M. Jacques apprécie particulièrement celles-ci : « Quel privilège de jaser avec nos lectrices et lecteurs ! ».

Au bénéfice des passionnés de romans policiers, M. Jacques a constitué une liste d’auteurs de polars qu’il apprécie. Il l’a remise au comité organisateur qui la diffusera sur le site Internet de la Municipalité de Stratford. Connaissez-vous les auteurs de polars québécois ? Faites votre enquête et comparez votre liste à la sienne !

À la fin de cette rencontre très intéressante et chaleureuse, des romans policiers écrits par M. Jacques ont fait l’objet d’un tirage. Vous pourriez vous aussi faire des heureux et heureuses à Noël en offrant un livre québécois.