« De façon générale, les mesures annoncées pour soutenir la mobilité, le transport aérien et le développement économique local et régional, de même que les sommes annoncées en vue de la légalisation du cannabis, constituent de bonnes nouvelles pour les municipalités et les régions. Le gouvernement a ainsi fourni aux municipalités les moyens d’assumer leurs nouvelles responsabilités à titre de gouvernements de proximité », a déclaré le président de l’UMQ et maire de Drummondville, monsieur Alexandre Cusson.

 L’UMQ se réjouit des engagements financiers annoncés pour soutenir les municipalités dans le déploiement de la future politique de mobilité durable, entre autres au chapitre du transport collectif et actif, du transport interurbain et régional et du transport adapté. L’UMQ est également satisfaite de la bonification de l’aide allouée aux municipalités pour l’entretien et la réhabilitation du réseau routier local, alors que les besoins à cet effet sont considérables. […]

L’UMQ voit également d’un bon œil les intentions du gouvernement de stimuler l’économie des régions, en renforçant entre autres le secteur forestier et en encourageant la diversification économique.

À quelques mois de la légalisation du cannabis, l’UMQ se réjouit que le gouvernement du Québec ait entendu ses appels répétés en faveur du partage du tiers des revenus fiscaux du cannabis. L’Union entend participer activement aux pourparlers afin d’instaurer une formule de transfert simple et flexible. L’UMQ se montre en outre satisfaite du soutien financier annoncé pour aider les municipalités à assumer les responsabilités additionnelles liées à la légalisation du cannabis, notamment sur le plan de la formation des policiers.

L’UMQ se montre enfin déçue que le budget 2018-2019 ne propose aucun engagement de la part du gouvernement quant au paiement de ses taxes foncières (en lieu de taxes). Par équité envers les contribuables fonciers et afin que les municipalités aient la capacité financière d’offrir des services de qualité, il demeure impératif que Québec paie la totalité de ses taxes foncières.

Source : UMQ