Le Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO) a rendu public, l’automne dernier, un portrait numérique des régions du Québec compilé à partir des données exclusives de son enquête NETendances 2017.

Dans l’ensemble, au Québec en 2017, presque tout le monde est connecté : 91 % des adultes sont branchés à Internet à la maison. Dans ce portrait global, la région de Laval se distingue à la hausse, 96 % des adultes y disposant d’une connexion. À l’inverse, l’Outaouais ferme la marche avec un taux de connexion à Internet de 86 %. On retrouve 89 % des adultes québécois qui ont utilisé Internet au moins une fois par semaine en 2017. Dans toutes les régions du Québec, cette proportion est assez semblable, oscillant entre 90 % et 85 %.

Qu’en est-il de l’usage des appareils mobiles ?
Près de deux adultes québécois sur trois (66 %) possédaient un téléphone intelligent en 2017, ce qui représente une augmentation de sept points de pourcentage comparativement à 2016. En tête de file quant au pourcentage de détenteurs de téléphones intelligents, on trouve les régions de la Côte-Nord (71 %), de Montréal (69 %), de Laval (69 %) et de la Montérégie (69 %). Les taux les plus bas en ce sens étaient, quant à eux, observés en Mauricie (58 %), en Chaudière-Appalaches (59 %) ainsi qu’en Estrie (60 %) et en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (60 %).

En ce qui concerne les tablettes électroniques, un peu plus de la moitié des adultes québécois en possédait une en 2017 (53 %), un taux stable comparativement à 2016. C’est dans la région de Laval qu’on observait le taux d’usage le plus élevé (58 %) alors que les taux d’usage les plus bas sont observés en Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (43 %) et en Outaouais (46 %).

Enfin, le taux de cyberacheteurs sur une base mensuelle en 2017 se situait à 39 % pour l’ensemble du Québec, une augmentation de sept points de pourcentage, depuis 2015. Les régions de la Capitale-Nationale (44 %) et de Montréal (42 %) se distinguaient significativement à la hausse en 2017 en ce qui a trait à la proportion de cyberacheteurs. À l’inverse, c’est sur la Côte-Nord (27 %) que le taux de cyberacheteurs était le plus bas en 2017.

Ces quelques chiffres indiquent bien à quel point nous sommes connectés partout au Québec malgré les difficultés qui demeurent de brancher les régions. Bientôt ne verra-t-on que des têtes prostrées sur des écrans et des yeux rougis par la navigation virtuelle ?