L’emballement qu’avait suscité chez plusieurs résidents de la zone la récente possibilité de convertir en piste cyclable l’emprise du chemin de fer opéré jadis par le Québec Central Railway vient d’être momentanément refroidi par l’annonce d’un moratoire imposé par le ministère des Transports du Québec (MTQ).

Cette directive ministérielle a comme effet immédiat de mettre sur la glace tout projet de réaménagement sur la ligne. Cette décision, qui sera en vigueur jusqu’en mars prochain, vise à évaluer de nouveau la réactivation de certains tronçons de voies de rail existantes dans un contexte où des problèmes dans le transport de marchandises par camion avec le voisin américain sont apparus.

Réaction
Devant cette directive jugée incongrue, le comité de travail présidé par le maire de Weedon, Richard Tanguay, fort d’une résolution qui sera adoptée par les conseils municipaux depuis Saint-Joseph-de-Coleraine jusqu’à Sherbrooke, demandera sous peu au MTQ son retrait pour ce qui concerne le segment reliant Saint-Joseph-de-Coleraine à Sherbrooke. Cette requête se base sur le fait que certaines sections du chemin de fer sont désormais impraticables dans leur état actuel comme à Black Lake (secteur instable des mines) et à Disraeli, cette dernière ayant déjà procédé au démantèlement de la voie ferrée sur son territoire avec l’aval du MTQ.

Ce retournement subit de la part du MTQ n’est pas sans rappeler des épisodes entourant la réanimation de cette voie ferrée entre Vallée-Jonction et Sherbrooke dans les années 1990 basée sur des velléités. C’est à suivre !