Récemment le film « Lucy »claironnait que nous n’utilisons que 10% de notre cerveau. Son héroïne allait bientôt en utiliser 100%, réalisant de ce fait des prouesses inimaginables. Inimaginable est le bon mot à utiliser car cette affirmation est 100% fausse! De nombreuses études par résonance magnétique, où l’on voit le cerveau en action et en direct, nous montrent bien que nous utilisons la totalité de notre cerveau, certaines parties plus que d’autres, selon les besoins et les circonstances.

La revue Sciences et Avenir nous rappelle que cette affirmation totalement fausse date de la fin du 19e siècle et a été émise par deux psychologues de l’université de Harvard. Il s’agit d’un mythe qui a la peau dure, qui est bien ancré dans trop de cerveaux! N’oublions pas que si 90% de notre cerveau était inutilisé, la plupart des lésions cérébrales n’auraient aucun effet sur nous : finies les conséquences désastreuses de la grande majorité des AVC. C’est tout le contraire qui se produit : la recherche médicale n’indique aucune région cérébrale dont une lésion serait sans conséquences. Même des dommages de petite taille au cerveau peuvent avoir des conséquences catastrophiques et incapacitantes pour un individu. Également, du point de vue de l’évolution, cette idée des 10% est absurde. La Nature a horreur du vide comme de l’inutile. Ce qui ne sert à rien est éliminé ou transformé. Des exemples : l’appendice caudal de nos ancêtres primates est devenu inutile et s’est réduit au fil du temps à un reliquat osseux à la base des vertèbres, ou encore notre denture qui est moins fournie aujourd’hui qu’au temps de la préhistoire, compte tenu du changement de régime alimentaire.

Sans doute que le réalisateur du film, lui, n’a pas utilisé tout son cerveau pour faire son film! Notre cerveau est un chef d’œuvre de l’ingénierie naturelle et l’humain l’utilise à sa pleine capacité, peut être même plus car il donne souvent son 110%!