Une pétition circule présentement sur le territoire de la municipalité de Saint-Julien afin de recueillir le plus grand nombre de signatures de citoyens réactionnaires au récent rejet par leurs élus de leur demande d’imposer une distance de 1 km entre les éventuelles éoliennes et un habitat humain.

Dans l’argumentaire inspirant cette initiative, on affirme que la population n’a pas été consultée sur la distance de 500 mètres, que deux MRC ont par ailleurs fixé la distance d’une éolienne géante et d’une résidence à 2 km pour des raisons économiques, de santé et pour la forte dévaluation des propriétés dans le secteur des parcs éoliens, et qu’enfin le ministre des Affaires municipales a appuyé ces deux règlements.

Aux yeux de la corporation municipalité, « il semble s’agir des mêmes personnes qui tentent de persuader la population que les élus municipaux ont quelques choses à cacher et qu’ils auraient des intérêts occultes avec des promoteurs de projets éoliens ». (…) « Pour les membres du Conseil, le meilleur exercice démocratique retenu sera un référendum sur un projet d’éolienne précis, si un jour il y en a un, alors que tous les paramètres seront connus de la population plutôt qu’un référendum sur une distance séparatrice sans connaître toutes les conséquences d’un tel choix ».

La pétition sera adressée au Gouvernement du Québec auquel les pétitionnaires demandent de ne pas retenir le territoire de la municipalité de Saint-Julien lors de l’assignation de nouveaux parcs éoliens.