Nous sommes deux jeunes parents de fillettes, âgées de 6 et 4 ans, qui habitent Saints-Martyrs-Canadiens et voulons aujourd’hui vous sensibiliser à la problématique que nous vivons vis-à-vis la Commission scolaire des Appalaches.

Vous savez sans doute que notre municipalité est limitrophe sur le territoire et que par conséquent, nous utilisons en grande partie les services des villages avoisinants. Sans noter que les gens qui occupent un emploi doivent se déplacer à plusieurs kilomètres de leur domicile, vers Victoriaville, Thetford Mines, Sherbrooke, etc. Le scénario se répète en ce qui concerne les milieux de garde puisque aucune ressource n’est disponible dans notre village.

J’en conviens que nous choisissons, sciemment, jour après jour, de demeurer dans un village rural où les services de proximité sont rares, mais jusqu’à maintenant, les avantages étaient, pour nous, supérieurs aux quelques désagréments rencontrés. Nous avons su faire preuve de créativité et de débrouillardise jusqu’à présent afin d’organiser notre vie familiale et rendre notre quotidien agréable. Le scénario se complique toutefois depuis la fréquentation scolaire de nos enfants. À cet effet, prenez note que notre municipalité est en démarche présentement pour une demande de changement de commission scolaire, mais que le dossier est toujours en attente au Ministère de l’éducation…pendant ce temps, mon conjoint et moi nous nous débattons pour obtenir une dérogation, en vain…

Présentement, pour l’école primaire, nos enfants doivent fréquenter l’école Saint-Nom-de-Jésus à Beaulac-Gathby. Toutefois, la pré-maternelle, ainsi que la maternelle sont dispensées par l’école Sainte-Luce à Disraeli, puisque ces niveaux ne sont pas offerts à Beaulac. Notez que pour l’année 2013-2014, Juliette, alors âgée de 4 ans, devait quitter à 6h45 le matin en autobus scolaire pour débuter l’école à 8h15 et terminait à 15h00 pour arriver à 16h20. Mia, notre cadette, est âgée de 4 ans cette année et nous avons tout simplement décidé d’annuler son inscription en pré-maternelle. Toutefois, nous avions accepté ce fonctionnement pour Juliette, il y a 2 ans. Nous avons par contre fait une demande de dérogation en 2014-2015, soit l’an passé afin que Juliette puisse fréquenter une école primaire plus près de la maison pour sa maternelle. Dérogation nous ayant été refusée dans un premier temps, j’ai dû débattre pour l’obtention. On nous avait spécifié que toute autre demande de dérogation par la suite serait refusée. Nous avons donc tenté d’éplucher nos ressources au cours de l’été en sachant que Juliette devrait fréquenter l’école à Beaulac cette année (2015-2016), mais en vain. Les ressources de gardiennage sont quasi-inexistantes à Saints-Martyrs et par ailleurs, utiliser les services du côté de Beaulac nous semble irréaliste puisque nous travaillons à Victoriaville et à Asbestos (ce qui implique des déplacements de près de 1h45 pour les parents matin et soir), alors, qu’en fait, logiquement, des écoles et des ressources sont disponibles du côté de Saint-Adrien-de-Ham et de Ham Nord, à proximité de la maison.

Finalement, nous cherchons simplement à continuer de vitaliser nos petites municipalités en nous installant dans un village comme Saints-Martyrs, tout en permettant à nos deux jeunes filles de profiter de la nature au quotidien. J’aurais envie d’être raisonnable si l’impact du changement pour la Commission scolaire des Appalaches était désastreux, mais le bassin d’élèves d’âge primaire à Saints-Martyrs peut se compter sur les doigts d’une seule main. À l’inverse toutefois, ces refus administratifs purement politiques ont des impacts concrets sur notre organisation familiale, sur nos enfants et nos familles. Nous aimerions que les citoyens soient avisés de cette réalité et aurions aimé trouver un acteur dans la communauté compatissant à notre situation.

Roxanne Benfeito, Saints-Martyrs-Canadiens