Le transfert du fardeau fiscal de l’État vers ses citoyens préoccupe l’ACEF Appalaches-Beauce-Etchemins. Selon l’ACEF-ABE le ratio de la dette des ménages québécois par rapport à leur revenu disponible atteint un sommet à plus de 163%. L’ACEF s’inquiète des mesures d’austérité qui affecteront plus durement la classe moyenne et les plus démunis. Elle rappelle que depuis le début de l’année, les consommateurs québécois sont affectés par une série de mesures qui viennent gruger toujours un peu plus leur budget (taxe sur l’essence, sur les assurances, prix de l’électricité, garderie etc.).

L’austérité va à l’encontre du développement régional et de la lutte à la pauvreté, cela va se soi. L’ACEF donne comme exemples les coupures effectuées à la SDE, au Cegep de Thetford Mines et au Carrefour jeunesse Emploi Frontenac, qui risquent d’affecter le développement économique et social de notre région. Les programmes de ces organismes viennent appuyer directement les individus, notamment les jeunes, dans leur démarche de prise en main, qui les pousse à se dépasser, à créer des entreprises ou à retourner sur le marché du travail. Toutes ces démarches leurs permettent d’améliorer leur sort, parfois de sortir de la pauvreté et contribuent directement à enrichir la collectivité. L’ACEF-ABE fait remarquer que les problèmes budgétaires et d’endettement des individus, sont d’abord le résultat de revenus trop faibles.

De plus, selon l’ACEF, les coupures récentes annoncées dans les programmes d’aide aux logements et d’aide financière de dernier recours affecteront surtout les personnes les moins bien nanties. Les prestations d’aide sociale, pour une personne avec contrainte au travail, fournissent un revenu total de 747$ par mois. Les récentes coupures qui devraient faire économiser 16 millions de dollars à l’État semblent ainsi indécentes en ciblant des personnes qui vivent déjà sous le seuil de la pauvreté.

Enfin, si l’ACEF-ABE est d’avis que l’objectif du gouvernement de revenir à l’équilibre budgétaire est louable, elle croit que les moyens mis de l’avant pour y arriver et le rythme des coupures sont dommageables.

Par ailleurs, dans un communiqué récent, la Table de développement des communautés de la MRC des Appalaches adhère à la mobilisation provinciale des régions qui dénonce les mesures d’austérité par la mise en place d’une coalition «Touche pas à ma région!» MRC des Appalaches. Cette coalition vous invite à dénoncer les différentes mesures d’austérité qui auront de nombreux impacts négatifs dans les domaines de la santé, de l’éducation et du développement économique, social et culturel. La coalition souhaite mobiliser les gens du milieu autour d’une vision de développement plus constructive et inclusive de notre région et des communautés qui l’habitent. La toute première action qui sera proposée aux organisations locales et aux citoyens de la région sera d’adhérer au mouvement provincial, fort de plus de 10 000 signataires. Pour signifier leur appui, les gens peuvent se rendre directement sur le site www.touchepasamesregions.ca, à l’onglet Chaudière-Appalaches.