Le Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) n’a pas tardé à réagir à la résolution adoptée à la première séance publique du nouveau conseil municipal de la Paroisse de Disraeli à l’effet de rescinder la demande de changement de nom de la municipalité. Dans une missive datant du 4 décembre dernier, le Ministère informe que le dossier est clos et qu’aucune modification au toponyme de la localité ne sera effectuée. Aux yeux de plusieurs, voilà une grande victoire pour le nouveau Conseil.

Rappel
On se rappellera que ce dossier de changement de nom de la municipalité adopté par le précédent conseil présidé par André Gosselin cheminait depuis au-delà d’un an lorsqu’ une soudaine résistance structurée par un groupe de citoyens a ébranlé l’apparente unanimité du milieu face au projet. La tenue d’une audience publique de la Commission municipale du Québec laquelle s’est tenue en février 2017 fut jugée nécessaire afin d’entendre et de pouvoir analyser l’argumentaire des deux camps.

Acheminé à la municipalité en juillet 2017, le rapport de la juge administrative membre de la Commission municipale du Québec Sandra Bilodeau recommandait au ministre des Affaires municipales d’accepter la demande de changement de nom de la municipalité pour celui de Municipalité de Bellerive.

Par la suite, à l’approche du scrutin de novembre 2017, les élections ont pris une dimension référendaire en regard de ce dossier qui a opposé, dans une lutte parfois acrimonieuse, les tenants et candidats du statu quo et les auteurs de la requête pour le changement.

Finalement, le résultat électoral fut à la fois renversant  et éloquent en faveur du maintien du nom de Paroisse de Disraeli. À l’exception de 2 échevins, tous les autres membres de l’ancienne administration furent évincés par les candidats pro-maintien de l’appellation, à savoir 4 échevins avec à leur tête la nouvelle mairesse Jacynthe Patry.

Le calme et la sérénité semblent être revenus  dans la localité. Sans tambour ni trompette, la mairesse  reconnaît l’existence d’une belle harmonie entre tous les conseillers.