C’est le 29 janvier dernier, à Scott, qu’a eu lieu le forum Marché du travail, ayant pour thème Misons sur les 50 ans et + pour la région de Chaudière-Appalaches, organisé par l’Association québécoise de gérontologie (AQG) en collaboration avec Aide de préparation à l’emploi (APE). Les participants ont pu échanger leurs préoccupations et réfléchir aux pistes d’actions pour attirer et maintenir en emploi les travailleurs expérimentés.

Pour la région de Chaudière-Appalaches, c’est plus de 7600 postes à combler (source : Statistique Canada). Selon l’économiste Pierre Fortin de l’UQAM, « [l]es taux de postes vacants observés ont également franchi de nouveaux records et notons que ces taux sont plus élevés dans cette région que dans l’ensemble du Québec et du Canada. Une évidence qui laisse présager que la rareté de main-d’œuvre touche particulièrement cette région. »

Flexibilité organisationnelle : la clé
Madame Diane-Gabrielle Tremblay, professeure en gestion des ressources humaines à l’université d’enseignement à distance affiliée à l’Université du Québec (TÉLUQ), a invité les entreprises à repenser l’organisation du travail pour accroître leur attractivité. « Les entreprises ne sont pas encore très innovatrices en matière de temps de travail alors que c’est ce que souhaitent les travailleurs vieillissants pour rester en emploi : semaine de quatre jours, semaine comprimée, aménagements sur l’année, télétravail, il faut innover pour les retenir ! ».

Coûts sociaux de l’âgisme
« L’âgisme, ça coûte cher aux entreprises », a affirmé Martine Lagacé, professeure titulaire au département des communications à l’Université d’Ottawa et spécialiste des coûts sociaux de l’âgisme. « Si les entreprises reconnaissent l’état de précarité auquel les expose l’actuelle pénurie de main-d’œuvre, elles négligent à mettre en place des mesures de rétention des travailleurs plus âgés. Ironiquement, face au vieillissement de la main-d’œuvre, la mesure la plus populaire est d’offrir un plan de retraite progressive, ce qui a davantage pour effet de les accompagner doucement vers la porte de sortie. »

L’Association québécoise de gérontologie invite les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d’activité à s’inscrire à la campagne La compétence n’a pas d’âge et à télécharger une trousse gratuite à www.generationsautravail.ca pour évaluer leurs pratiques et les enrichir.

Source : Association québécoise de gérontologie