La Polyvalente de Disraeli a de nouveau fait preuve d’audace et d’avant-gardisme en inaugurant le premier « lab créatif » de la région. Un laboratoire numérique ultramoderne, équipé des toutes dernières technologies : robots, imprimantes 3D, lunettes de réalité virtuelle, drones, fraiseuse numérique, découpes de vinyle intelligentes, écran vert pour captation et montage numérique, tablettes et portables habitent désormais cet espace d’apprentissage scientifique ouvert à tous les élèves de l’école, peu importe la concentration choisie.

Selon M. Jonathan Brochu, directeur de la Polyvalente de Disraeli, « Notre laboratoire créatif est une fenêtre ouverte sur les sciences et technologies d’aujourd’hui, visant à former les créateurs de demain. Par l’exploration de nouveaux outils sollicitant la curiosité et le plaisir d’expérimenter, ce projet favorisera la fierté, la motivation et la persévérance scolaire de nos élèves. »

Un petit robot construit par un élève se déplace sur une carte. Photo par Dominique Langevin
Un élève se servant d’une fraiseuse. Photo par Dominique Langevin

Pour qu’un projet d’une telle envergure voie le jour, la Polyvalente a su mobiliser divers acteurs du milieu. D’une part, le fonds de 100 M$ de Desjardins a octroyé une somme de 50 000 $ pour l’acquisition des équipements alors que la Fondation Jean-Dupéré a donné un montant de 23 475 $ pour permettre à une enseignante en science et technologie de développer des outils pédagogiques et projets en lien avec le nouveau matériel en place. Les coûts associés à une formation spécialisée du personnel enseignant et technique de la Polyvalente par le Cégep de Thetford seront assumés par la Fondation Jeunesse Secondaire Disraeli et la Polyvalente de Disraeli. La Commission scolaire des Appalaches a quant à elle contribué à l’aménagement du local.

Enfin, les entreprises régionales à la fine pointe de la technologie comme Nutech, Oleotek, Prolab Technolub et le Centre de technologie minérale et de plasturgie collaboreront activement au développement d’une relève qualifiée par l’offre de stages en milieu de travail.

Il est important de souligner à grands traits que ce projet scientifique a été conçu, dessiné et réalisé par les enseignantes et techniciennes en sciences de la Polyvalente de Disraeli. Un modèle et une inspiration pour les « filles » du secondaire !