Une longue file réjouie l’attendait au terminus.

Le printemps ne s’est jamais pointé.

Comme un Noël on l’espérait tous.

Un murmure inquiet s’élève… a-t-il été enlevé ?

L’a-t-on orienté au mauvais endroit ?

Quel hiver jaloux, vêtu d’un vent froid

Le retient gelé sous sa cape, pourquoi ?

Cette saison nous revient de droit.

Séquestré et offert en cadeau

À un vent ricanant de notre malheur

Un rideau de nuages tristes et pleureurs

L’humilie, le forçant à déverser des tonnes d’eau.

On nous refuse obstinément ce printemps

Ce messager des belles heures

Que l’on recherche depuis trop longtemps.

Qu’on nous redonne chaleurs et bonheur !

Avatar

Latest posts by Donald Houle (see all)