Longtemps avant l’homme,
L’eau glissait tranquille sur le sol ; sereine.
Une terre nourricière la buvait et fécondait
L’environnement.
Puis son prédateur l’homme ; la courtisa.
Des siècles durant, il s’en fit une amie.
Puis, en conquérant, réalisa où était son profit.
Il la détourna, l’endigua, l’asservit.
Les rivières prisonnières, se gonflèrent.
Soudain ; elles perdirent leurs eaux.
Inondèrent leurs territoires violés.
Les hommes face à la rébellion des eaux,
Comprirent trop tard ; crièrent à l’aide !
Un regain d’humanité, d’entraide
Les réunit enfin pour combattre le fléau
Qu’ils avaient créé.
La nature forte et patiente envoyait un message…