À l’aube de nos jours
Niché en la chaleur d’un sein maternel,
Déjà en possession du billet pour un aller simple
De ce train identifié, le temps.

Ses premiers élans nous amusent.
Puis insouciants, nous indiffèrent.
Bien vite on s’en lasse.
On a autre chose à faire…

Qu’à essayer de tuer le temps.
Qui de plus en plus vite, nous distance.
On le perd de vue, le temps.
Il se sauve, il s’enfuit, le temps.

On le rattrapera bien à une autre gare.
Mais le temps, lui, accélère…
On ne le voit plus passer, le temps.
Pourtant on aurait bien besoin de temps.

On court, on le cherche, le temps
Il est déjà trop loin de nous.
Au-delà de notre temps….
Tic tac, tic tac, tic tac…

Avatar
Latest posts by Donald Houle (see all)