Dès sa première année d’activité, la Coopérative de producteurs de Saint-Jacques-le-Majeur-de-Wolfestown a connu le succès. Regroupant de jeunes producteurs locaux, elle innovait en mettant en place un kiosque en libre service offrant aux consommateurs légumes et fruits diversifiés. Fiers de leur réussite, avec plus de huit clients par jour en moyenne l’été dernier, les producteurs vont de l’avant avec un projet qui leur permettra de consolider leur entreprise. Et pourquoi ne pas réaliser cette croissance en l’enracinant dans la communauté? L’idée du fonds participatif s’imposait. De quoi s’agit-il?

Les jeunes producteurs vous ouvrent la porte, vous tendent la main : Marie-Hélène, Caroline et Mathieu. Photo par Hélène Moisan

Il y a d’abord le Fonds Mille et UN pour la jeunesse, une initiative du Secrétariat à la jeunesse du Québec, qui vise à soutenir les projets jeunesse d’ici s’inscrivant dans la Politique québécoise de la jeunesse 2030. Il conjugue le financement participatif, la contribution d’entreprises et le soutien du gouvernement. Les jeunes entrepreneurs y soumettent leur projet pour analyse. S’il est approuvé, on passe à la campagne de financement participatif sur La Ruche, organisme à but non lucratif spécialisé en financement participatif ayant pour mission de favoriser les projets stimulant la vitalité d’une région. Le projet sera donc mis en ligne sur la plateforme de La Ruche et la collecte de petites sommes auprès des contributeurs permettra de recueillir le financement nécessaire à sa réalisation. Pour recevoir les contributions promises, le promoteur doit recueillir la totalité du montant prévu pour la réalisation de son projet. S’il réussit, la somme sera doublée par le Fonds Mille et UN, passant ici de 5 000 $ à 10 000 $. Par contre, si la campagne n’atteint pas l’objectif, aucun montant ne sera facturé ni aux contributeurs ni au promoteur.

Ainsi, les jeunes entrepreneurs s’investissent à fond dans la production de denrées pour leur clientèle, et la communauté investit des fonds pour les soutenir.

Une coopérative innovante s’active dans la communauté. Photo par Marie-Hélène Moisan

Le projet de la Coopérative Wolfestown est simple, nous explique Marie-Hélène Moisan, présidente de la coopérative : «  Nous voulons augmenter la distribution de nos produits et améliorer nos installations grâce à un espace pour le lavage, la préparation et l’entreposage des produits. Il nous faudra construire un bâtiment et installer une chambre réfrigérée. Il y aura aussi la mise en place d’un volet plus social, soit dispenser de la formation et déployer des activités d’initiation pour des stagiaires. ». Un projet pilote sera mis de l’avant pour offrir des paniers de famille. La coopérative caresse bien d’autres projets pour l’avenir, telle l’érection d’une serre pour diversifier une offre maraîchère respectueuse de l’environnement et d’un poulailler pour offrir des œufs.

Le projet des cinq jeunes entrepreneurs de Saint-Jacques a déjà été accepté et la Caisse Desjardins du Carrefour des lacs y apporte une commandite de 5 000 $, de même que la Caisse d’économie solidaire Desjardins pour un autre 5 000 $. Et le plus beau dans tout cela, c’est que les contributeurs peuvent recevoir des contreparties : à partir d’une contribution de 30 $, les participants pourront recevoir un ensemble de sacscoopérative réutilisables, un tee-shirt, une carte-cadeau, etc.

La campagne de financement participatif, de 30 jours a démarré le 10 novembre sur la plateforme de La Ruche (laruchequebec.com). Les contributions peuvent être d’aussi peu que 10 $ … S’il vous en dit de soutenir nos jeunes entrepreneurs et de contribuer à développer une offre alimentaire écoresponsable dans votre communauté, la campagne vous attend.

Pour information :  coopwolfestown@gmail.com; tél. : 581 989-0980.