Le projet d’une ligne d’interconnexion entre le réseau d’électricité d’Hydro-Québec et celui du Maine progresse lentement. Il vient d’obtenir le feu vert de la Commission d’aménagement du territoire du Maine, car cette dernière a estimé qu’il répondait à ses normes de zonage et d’utilisation des terres.

On se rappellera qu’il vise la construction d’une ligne de transport d’électricité entre le poste des Appalaches, situé à Saint‑Adrien‑d’Irlande près de Thetford Mines, et un point de raccordement à la frontière entre le Québec et le Maine. La ligne traverserait le territoire de la MRC des Appalaches (40 km) et celui de la MRC du Granit (63,4 km). Onze municipalités sont touchées par le projet.

Cette nouvelle ligne d’Hydro-Québec se raccordera à la ligne de transport New England Clean Energy Connect (NECEC), qui sera construite dans l’État du Maine pour ultimement acheminer l’électricité québécoise au Massachusetts.

Le projet doit encore recevoir l’aval du ministère de l’Environnement du Maine, du US Army Corps of Engineers et du ministère de l’Énergie des États-Unis et pourrait être soumis à un référendum dans l’État du Maine. Également, la société d’État réalise présentement une étude d’impact sur l’environnement relative au projet et déposera dans les prochains mois diverses demandes d’autorisations gouvernementales.

La mise en service des nouveaux équipements est prévue pour 2022. Hydro-Québec espère acheminer 9,45 TW/heure d’hydroélectricité par année pendant 20 ans au Massachusetts, un contrat dont les revenus sont estimés à environ 10 G$ US.