Statistique Canada établit régulièrement l’espérance de vie de la population canadienne. Pour ce faire, elle utilise les données sur une période de trois ans; les dernières statistiques sont compilées pour la période de 2007 à 2009 . Deux chiffres sont alors disponibles : l’espérance de vie à la naissance et l’espérance de vie à 65 ans. Dans le premier cas, il s’agit du nombre d’années qu’une personne devrait vivre, en théorie, selon les statistiques de la mortalité. L’espérance de vie à 65 ans consiste en le nombre d’années qu’une personne de 65 ans devrait vivre, en théorie, selon les statistiques de la mortalité.

Ainsi, comme on peut le voir dans le tableau ci-après, un Québécois qui naît maintenant peut espérer vivre jusqu’à 81,2 ans[1] . Par contre, un Québécois de 65 ans pourrait espérer vivre encore 20,1 années supplémentaires, donc jusqu’à 85,1 ans[2]. On peut en conclure que les personnes qui ont atteint les 65 ans ont une espérance de vie plus grande qu’à la naissance.

Rappelons qu’au Québec, l’espérance de vie à la naissance n’était que de 75 ans au début des années quatre-vingt; c’est six ans de moins qu’aujourd’hui! Cette progression importante s’explique par l’amélioration des conditions de vie et d’hygiène et aussi par les avancées médicales de toutes sortes.

L’espérance de vie des Canadiens est assez semblable à celle des Québécois. Par contre les résidents de la région de Chaudière-Appalaches jouissent d’une espérance de vie plus élevée que celle de la population du Québec. En effet, naître dans notre coin de pays apporte une espérance de vie de 81,7 ans (79,2 ans pour les hommes et 84,1 ans pour les femmes). Et si vous avez 65 ans maintenant en Chaudière-Appalaches, vous pouvez penser y ajouter 20,5 années de plus ( 18,5 pour les hommes et 22,2 pour les femmes).

Ces données sont réjouissantes pour nos concitoyens et traduisent peut-être une vie un peu plus calme, moins stressée dans nos milieux de vie. Par contre il ne faut pas perdre de vue que ces chiffres ne disent rien de la qualité de vie : vivre longtemps ne rime pas toujours avec vivre agréablement.

L’Institut de la Statistique du Québec nous offre une donnée intéressante à ce sujet. Elle examine « l’espérance de vie en bonne santé » où l’on soustrait de l’espérance de vie totale celle en institution de soins et celle en incapacité. Ainsi, pour 2006, cette espérance de vie en bonne santé s’établissait au Québec à 67,4 ans et en Chaudière-Appalaches à 69,5 ans. Toute une marge!

En résumé cela veut dire que dans notre région on peut espérer vivre jusqu’à 81,7 ans, mais que pendant environ 12 de ces années, notre santé ne serait pas bonne et que l’on pourrait être en institution de soins ou en incapacité. Il est donc important de comprendre cette réalité possible pour chacun de nous : à chacun d’y penser et d’y voir autant que faire se peut.

En terminant, saviez-vous que le recensement de 2011 dénombrait 5825 centenaires au Canada dont 1345 au Québec? Souhaitons-nous de figurer parmi ces statistiques de centenaires lors des prochains recensements!

[1] – L’espérance de vie varie selon le sexe : elle est un peu plus courte pour les hommes, soit de 78,8 ans, et un peu plus longue pour les femmes, soit de 83,4 ans.

[2] -Les hommes de 65 ans peuvent espérer vivre 18,3 ans de plus alors que les femmes de 65 ans pourraient espérer en ajouter 21,6 ans de plus.