Le 3 novembre prochain, les Québécois et Québécoises auront à choisir des personnes à qui ils confieront la planification, l’organisation et la gestion de leur municipalité.

Ce que l’on apprend par les médias au sujet de la collusion et de la corruption, dans certaines villes du Québec, fait malheureusement ombrage à l’image de la fonction d’élu(e) municipal(e). Ce niveau de gouvernance est entaché par le comportement malhonnête de ces gens sans scrupules. Une grande majorité de gens du Québec estime qu’il ne faut surtout pas généraliser, car mis à part ce groupe sans scrupules, les élus(es)municipaux travaillent dans leur milieu avec honnêteté et intégrité.

Ces révélations de fraude nous indiquent davantage la nécessité de faire une bonne analyse des candidats et candidates qui solliciteront un mandat municipal lors du scrutin. Souhaitons la bienvenue à ceux et celles qui ont le véritable désir de mettre leurs connaissances et leurs compétences au service de leurs concitoyens. Il n’y a pas de place pour les gens qui ne sont nourris que par la recherche d’un statut honorifique ou un intérêt purement personnel. Cette fonction requiert des personnes animées par la simplicité, l’humilité, l’intégrité, la disponibilité et le goût de servir.

Avant de solliciter la confiance de la population, il est important d’évaluer les chances d’être choisi(e).

Cependant, une autre réflexion s’impose et cela bien avant d’annoncer nos intentions, soit celle de savoir ce que nous avons à offrir et de connaître les exigences de la fonction.

Un certain questionnement pourrait être utile dans le cours de la réflexion : Est-ce que je connais la fonction? Qu’est-ce qui me motive à présenter ma candidature? Est-ce que j’aurai la disponibilité pour assurer une présence soutenue à mon conseil?

Est-ce que j’ai le goût de mettre du temps à servir la population? Est-ce que j’aime travailler en équipe? Est-ce qu’il y a des choses que je peux proposer pour changer, améliorer ou ajouter à la situation actuelle? Est-ce que j’ai le goût d’assumer des responsabilités en plus d’assister aux réunions? Est-ce que j’ai le leadership nécessaire pour convoiter le poste de maire? Suis-je capable de supporter la critique? Est-ce que je serai à l’aise de refuser pour des motifs de règlement ou d’équité une demande provenant d’un parent, d’un ami ou d’un voisin? Est-ce que je suis prêt(e) à sacrifier des activités personnelles pour les fins de ma fonction municipale?

Si à la suite de cette analyse, les réponses sont positives, alors bienvenue dans ce merveilleux monde de la gouvernance municipale, lequel vous offrira de très grandes possibilités de faire avancer le développement de votre collectivité.

Source : Communiqué de la Conférence régionale des élus de la Mauricie