Par Lucie Lemay

Mais l’histoire de notre cité racontée dans le livre du 150e de Disraeli est exceptionnelle.

Comme ce n’est pas une histoire inventée … les auteurs ont dû retrouver le courage de nos ancêtres draveurs et la générosité de nos valeureux bûcherons pour remonter la rivière du temps et nous offrir un lac de souvenirs.

Nous ouvrons ce volume comme nous ouvrons une fenêtre pour y laisser entrer la lumière du passé. De d’Israeli, à Disraëli, à Disraeli, nous voyageons, en images et en mots, pour y découvrir plus d’un siècle de défrichage.

Ma grand-mère et ma mère diraient : «De la bien belle ouvrage!» Certes! Car le minutieux travail des auteurs ressemble à une épaisse courtepointe aux couleurs de chez-nous.

C’est plus qu’un volume à ranger dans les rayons de la bibliothèque, c’est un héritage! Un héritage qui nous permet de refuser l’oubli…C’est si facile d’oublier!