Voilà un projet issu d’une concertation entre cinq municipalités et qui ne peut que réjouir tous ceux et toutes celles qui rêvent de voir ce genre de collaboration intermunicipale se multiplier sur notre territoire.

S’inscrivant dans la politique de protection des rives, du littoral et des zones inondables, le « Programme de caractérisation des berges du lac Aylmer » vise à fixer la cote des hautes eaux. Deux étudiants de l’Université de Sherbrooke procèdent présentement à la visite des lots riverains habités afin de fixer la limite des hautes eaux et de la bande riveraine. Outre le secteur de Stratford, il semblerait que rien de cette démarche n’ait encore été réalisé sur les rives du lac dans les autres secteurs.

Revitalisation
Il s’agit d’une opération préalable dans un contexte de volonté de revitalisation ou de protection des berges par la plantation ou la préservation d’une bande végétale. Les analystes donnent de la documentation et échangent avec les occupants. Le volet « éducation et collaboration » inspire la démarche. « Ce n’est pas punitif », précise la mairesse de la Paroisse de Disraeli Jacynthe Patry. Selon cette dernière, la réalité des berges soulève beaucoup d’inquiétude et de questionnements. L’Association des riverains du lac Aylmer (ARLA) est évidemment présente dans ce dossier qui ne peut que favoriser la santé du lac agressé de multiples façons sur le plan environnemental.

Voilà une façon d’aider le lac que les maires des cinq municipalités concernées, à savoir Weedon, Beaulac-Garthby, Stratford, Paroisse de Disraeli et Ville de Disraeli, ont décidé de privilégier. La gestion courante de l’opération a été confiée à la Paroisse de Disraeli.