Les dix blocs de neige durcie brillent sous le soleil de mi-février, le temps est particulièrement doux, pas un souffle de vent. À l’intérieur de la salle municipale, les tables et les chaises, sagement alignées, attendent les convives. Dans la cuisinette, les soupes mijotent doucement. Il est 9 h 50. La journée s’annonce splendide. Isabelle Laroche, grande « manie-tout » du Comité des loisirs pousse un long soupir de satisfaction. Tout est prêt. Les sculpteurs peuvent arriver.

Alexandre Proulx, Isabelle Laroche, Jérome Halley, Jules Bédard, conseiller municipal, Olivier, Antoine et Steven Laprise, maire de Saint-Jacques-le-Majeur. Photo par Dominique Langevin

Et ils sont venus, nombreux et joyeux, pour cette 12e édition de « Sculpture sur neige ». Tellement que le stationnement et les voies d’accès au terrain de la municipalité étaient remplis de véhicules en tout genre. Parents et enfants, voisins et voisines, amis et amies des villages d’à côté, ont taillé et ciselé leur bloc, réservé depuis des jours pour un prix dérisoire, jusqu’à ce que paraisse la forme voulue. Les sculpteurs plus expérimentés conseillent les débutants qui hésitaient sur la façon de faire. Les enfants improvisaient allègrement ajoutant des touches de couleur au pinceau ou à l’aérosol selon l’inspiration du moment.

Photo par Dominique Langevin

Cet évènement n’aurait jamais vu le jour sans la coordination et la collaboration de tous les instants d’Isabelle Laroche et la participation des bénévoles : Jérome Halley, « l’homme à tout faire » ; Jules Bédard et Michel Côté à la fabrication des blocs ; France Moisan à la recherche de commandite et à la préparation de sa fameuse soupe aux pois ; Antoinette Laprise, Olivier et Antoine aux hot-dogs ; Cyntia Gouin et son délicieux pain maison ; et surtout sans la venue d’une bordée de neige inespérée et inattendue…

Le comité des loisirs tient à remercier les nombreux amateurs-sculpteurs, et les commanditaires : la Caisse Desjardins du Carrefour des lacs, le Marché IGA Gagnon, Chantal Gouin de PFJ construction, Stéphane Moisan de BMR Thetford Mines qui a fourni une paire de raquettes, remportée par Marcel Daigle de Saint-Julien, lors du rituel tirage au sort.

Trois jours plus tard, de ces œuvres éphémères ne restait trace qu’un souvenir collectif.