Les municipalités de Sainte-Praxède et de Disraeli viennent de reconduire l’entente encadrant leur rôle et leur responsabilité respective en cas d’incendie sur le territoire de la première. C’est ainsi que le service de lutte contre les incendies de la ville de Disraeli interviendra en cas de sinistre sur le territoire de Sainte-Praxède s’étirant jusqu’au pont de fer (Rivière-Sauvage).

En cas d’une alerte de jour (6h-18h), il est prévu que le groupe de sapeurs de Saint-Joseph-de-Coleraine se joint automatiquement à celui de Disraeli afin d’assurer la «force de frappe» nécessaire, c’est-à-dire un nombre suffisant de pompiers volontaires lesquels, pour des raisons multiples, peuvent se trouver dans l’impossibilité de se présenter. Il en est de même du groupe de pompiers de Lambton qui répond à l’appel jusqu’au chemin du Hameau.

Cette stratégie  d’appui se répète pour toutes les municipalités du territoire gravitant autour de celles qui possèdent un groupe d’intervention (pompiers volontaires) équipés de camions et centre de commandement, à savoir Beaulac-Garthby, Lambton, Saint-Joseph-de-Coleraine, Stratford et ville de Disraeli.

Régie régionale
Une étude  de faisabilité portant sur la création d’une régie régionale de lutte contre les incendies est présentement en cours. En réunissant sous une seule direction et dans son organigramme toutes les ressources (équipements et ressources humaines) existantes dans le secteur, l’organisme serait alors en mesure d’en assurer le meilleur déploiement possible, d’augmenter son efficacité en plus d’en répartir les coûts de façon équitable entre les corporations municipales participantes. Les coûts onéreux des camions et des accessoires servant au combat, sans parler de ceux rattachés à la formation continue des pompiers volontaires, imposent une réflexion chez les élus.

On se rappellera que ce projet déjà évoqué dans les années 1990 n’avait pas fait long feu. Les temps ont changé ainsi que les mentalités!