À Québec, le 31 mai prochain, aura lieu le 4e Rendez-vous national en santé et bien-être des hommes, sous le thème:

« Miser sur la santé et le bien-être des hommes, une priorité collective ».

Cette journée, amorcée par une conférence de Dan Bigras, sera une occasion de donner la parole aux hommes. « C’est notre parole qui compte. Nous avons le devoir de parler, de briser le silence », dit-il.

Car la souffrance existe aussi chez les hommes, mais, faute de communiquer entre eux sur le sujet, ils se croient seuls, ils se sentent seuls avec leur mal-être. Ils ont tendance à garder le silence et à consulter tardivement. D’ailleurs, n’a-t-on pas souvent éduqué nos garçons en leur disant : « Braille pas ! Tais-toi ! Endure, fais un homme de toi ! ».

Dans les faits, les hommes sont affectés par diverses dépendances, le suicide, la dépression, la criminalité, l’itinérance et la violence conjugale. On constate que la rupture amoureuse leur est difficile à vivre, surtout sans réseau d’entraide. Il y a donc vraiment des problèmes dont il faut tenir compte concernant la santé physique et mentale des hommes.

Des services répondant mieux à leurs besoins permettraient de prévenir ces problèmes et de favoriser leur mieux-être de même que celui de leur famille et de l’ensemble de la société. Le colloque permettra de faire le point sur diverses façons d’intervenir auprès des hommes en difficulté.

Il sera aussi l’occasion de présenter le premier « Plan d’action ministériel en santé et bien-être des hommes 2017-2022 ». Le but est de favoriser l’adaptation des services publics pour en améliorer l’accès et mieux répondre aux besoins des hommes, pour le bien-être des hommes, mais également celui de leurs enfants et des femmes qui partagent leur vie. Il comporte 3 axes:

  • Mieux rejoindre la population masculine par les stratégies de promotion et de prévention ;
  • Adapter les services pour en améliorer l’accès et répondre aux besoins des hommes ;
  • Améliorer la compréhension des dynamiques masculines et les pratiques pour répondre aux besoins des hommes.

Espérons que ce début passe du vœu à la réalité.