Charlie McKenzie et Dominique Langevin quittent l’équipe du Cantonnier. À eux deux, leurs mots, leurs images forment l’essence d’un journal. Et Le Cantonnier a eu la chance et le bonheur de profiter de leurs talents plusieurs belles années durant. Leur petite maison charmante et coquette située au bord du ruisseau, au creux de la courbe, fut certainement un lieu inspirant pour mieux saisir d’un clic la délicatesse de la lumière, pour mieux traduire en paroles le chant du vent et des oiseaux. Le bénévolat, par définition, est un acte d’altruisme et de générosité, et leur implication dans l’équipe du Cantonnier, loin de démentir cette assertion, la renforce et la confirme avec la passion qui les caractérise.

Et, en effet, pour qui connaît Dominique, le mot passion lui sied bien. C’est une femme engagée, qui défend ses idées et ses valeurs, qu’elle a partagées et mises au service de notre journal. Une femme tout feu tout flamme, une curieuse, une fureteuse, quelqu’une qui aime les fleurs, les chats, le soleil et la vie. Dominique possède un franc-parler qui ne serait peut-être pas la qualité première pour un diplomate, mais qui permet à la journaliste de ne jamais se départir de sa fougue et de son intégrité. Elle a participé au Cantonnier à titre de rédactrice tout en ajoutant son grain de sel au montage avec toute l’énergie et la rigueur qui font de Dominique une femme courageuse, bouillonnante, distincte. Sa belle crinière blonde, les fins sillons sur son visage, qui, comme le dit la chanson, l’embellissent au fil des ans, nous manqueront aussi, car elle est une femme de couleurs et de profondeurs.

Charlie, le temps qu’a duré notre collaboration, aura été le peintre de mes paysages, l’inspirateur des humeurs de mes chroniques. Et il le fit avec toute l’humilité et la sensibilité qui le personnifient. Le photographe, s’il se cache derrière son objectif, n’en reste pas moins celui qui crée la beauté et ouvre notre regard à celle-ci. Charlie est un homme discret, c’est vrai, et les photos qu’il nous a données à voir reflètent bien le personnage : pas de coups de tonnerre, d’éclairs ni de feux d’artifice, mais une vision simple et quiète, ouverte sur le monde et ses mystères, avec ses surprises qui surgissent dans le détour, toujours prêt à capter l’inconnu qui tout à coup s’invite. Toujours amoureux de sa belle Dominique, qui tient le volant alors qu’ils partent à l’aventure. Une aventure, qu’ils ne veulent plus remettre à plus tard, vu que plus tard, c’est aujourd’hui.

Toute l’équipe des bénévoles du Cantonnier et ses lecteurs vous souhaitent à tous deux une belle et longue route, où la vie, comme le printemps prometteur, vous mènera vers des recommencements qui chantent… So long, chers amis.

Dyane Raymond
Latest posts by Dyane Raymond (see all)