Plusieurs missionnaires ont eu charge des âmes de la mission St-Olivier — de – Garthby de 1848 jusqu’à l’arrivée du premier curé Clément Dubé en 1882. Tous ont joué un rôle plus ou moins important dans la vie spirituelle et dans le développement croissant du village (1849= 20 familles, 1851= 264 âmes, 1861= 247 âmes, 1867= 350 âmes, 1873= 226 âmes et 1882= 600 âmes).

Les 2 premiers célébrants furent Calixte Marquis (curé de St-Grégoire) et Nazaire Bélanger (curé de Bécancour) en 1848. C’est dans la cabane de J. Lacroix et Félix Vachon que ces abbés officiaient. La croix de pierre qui borde encore la route 161 est un rappel de cette période.

Monument érigé à la mémoire de M. Félix Vachon, un des premiers colons établis dans le canton de Garthby en 1848, toujours visible de la route 161.

C’est à l’abbé Bélanger que M. Jean-Olivier Arcand, homme cultivé, pratique, débrouillard, travaillant sans cesse à la survie de la colonie naissante, écrit afin que ce dernier influence Monseigneur pour la construction d’une chapelle, et ce, à ses frais. Le 25 mai, une réponse positive arrive.

De 1848 à 1851, la mission est placée sous la juridiction du curé de St-Ferdinand d’Halifax, l’abbé Edouard-Adolphe Dupuis. Devant l’ampleur de la tâche, l’évêque de Québec lui octroie l’abbé Jérôme Sasseville (1849-1850) et Julien-Melchior Bernier (1850-1851) pour le seconder. L’abbé Dupuis est chargé de trouver le site pour construire la chapelle. Dès l’été, la modeste maison de Dieu est terminée et, pour remercier M. Arcand de sa grande générosité, Mgr Turgeon donne le nom de mission St-Olivier au hameau. Le temple est béni en 1850 et, dès 1851, un presbytère s’ajoute.

Rappelons qu’avant la construction de la résidence des prêtres, les abbés logeaient chez M. Jean-Olivier Arcand. C’est l’abbé Bernier qui, le 21 décembre 1852, donna la première communion à une dizaine d’enfants de Stratford et de Garthby, dont le jeune Magloire Pichette.

Le 10 octobre 1851, François-Xavier Bégin (1851-1852) devient le premier curé de la mission St-Olivier de Garthby. C’est l’ouverture des premiers registres : 27 décembre 1851, acte de baptême de Célina Lambert et Élise Blondeau; 20 janvier 1851, acte de mariage de Marcel Couillard dit Dupré avec Émilie Lafond; 8 janvier 1852, acte de décès de J.B.  Lafrance, 13 jours, fils de J.B. Lafrance et Marie Blouin. Malheureux dans le travail pénible de missionnaire, il est rappelé, à sa demande, en octobre 1852.

De 1852 à 1857, la mission reçoit la visite du missionnaire Georges-Jacques Duhault toutes les 5 ou 6 semaines. C’est pendant cette période qu’un certain « l’Heureux », affublé d’une soutane et se prétendant prêtre, vient se fixer à Garthby. Ayant vent de ce canular, l’abbé Duhault le chasse sans ménagement.

Puis, le 25 septembre 1857, Alexandre Bouchard (1857-1862) devient responsable des missions de Weedon, Garthby, Winslow et Stratford. C’est dans cette dernière qu’il s’installe, laissant vide le presbytère St-Olivier.

Le 17 octobre 1862, le curé de Weedon Léo-Cléophas Gouin lui succède, mais n’exercera son sacerdoce que quelques mois. Malade, il quitte en août 1863.

Le 5e missionnaire, François-Xavier Vanasse, sera présent auprès de ses paroissiens de 1863 à 1867. Sous son règne, il enseigne le plain-chant à Magloire Pichette qui consacra 25 ans de sa vie au chant religieux. Le 2 février 1863, c’est l’ouverture de la première classe avec Mlle Virginie Bousquet comme enseignante suivie de Mme Eusèbe Lepage. Il y eut également formation du premier conseil des commissaires: Edouard Grenier, Pierre Larrivée, François Giguère, Hubert Normand et Ferdinand Gagné. Ce fut également pendant cette période que, pour la première fois, un évêque, Mgr L. F. Laflèche, visitait le hameau.

La deuxième partie de la mission St-Olivier s’étendra de 1868 à 1881.

Source : Notes historiques de Édouard Grenier et Souvenirs épars sur la berge d’un lac…