Cet automne, ils étaient près d’une centaine. Telles des oies sauvages, les dindons picoraient le champ de maïs d’Aldéï à la recherche de grains perdus. Le froid les a peu à peu dispersés et forcés à se retrancher à l’orée du bois plus près de leur refuge nocturne. Les dindons…
Lire la suite...