Notre jeunesse s’amusait de tes moutonneuses rides, Sans cesse nous revenions dans tes humides bras. Exaltés comme autant de chevaux sans brides, Se couler avec toi, sans jamais perdre le pas. Certains jours, le tonnerre excitait ta colère. À d’autres, le soleil s’immolait sur ton tain. Violée, bafouée, ton eau…
Lire la suite...