LOGO_UPAUne firme externe vient de confirmer les appréhensions des producteurs agricoles : la grande majorité d’entre eux subira d’importantes hausses de taxes en 2017.

Déjà en avril, peu après le discours sur le budget 2016-2017, l’Union des producteurs agricoles estimait que la réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA) entraînerait une hausse des taxes de 30 % à 40 % pour 83 % des producteurs. De son côté, le ministre de l’Agriculture, M. Pierre Paradis, a prétendu devant le Congrès général de l’UPA, le 1er décembre dernier, que seulement 1 % des producteurs subiraient une augmentation, de l’ordre de 113 $ en moyenne.

À l’avant : MM. Roch Poulin et Paul Doyon de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches, et M. Michel Bonneau, maire de Saint-Anselme. À l’arrière, les producteurs de la région: M. Jean Lambert, Mme Cavila Dubé, M. Bruno Cyr et Mme Esthelle Charest.
À l’avant : MM. Roch Poulin et Paul Doyon de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches, et M. Michel Bonneau, maire de Saint-Anselme. À l’arrière, les producteurs de la région: M. Jean Lambert, Mme Cavila Dubé, M. Bruno Cyr et Mme Esthelle Charest.

L’Union des producteurs agricoles a donc confié à une firme externe, Raymond Chabot Grant Thornton, le soin de mettre fin à la guerre de chiffres. Conclusion : la crainte des producteurs agricoles est confirmée. Sur 62 dossiers complets de taxes scolaires et municipales amassés parmi les producteurs de la Chaudière-Appalaches, on remarque une augmentation moyenne de 752 $ pour une hausse moyenne de 43 %. « Presque tous voient leurs taxes augmenter de plusieurs centaines de dollars et pour certains, cette hausse se situe dans les quatre chiffres ! », déplorait M. Paul Doyon, président de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches.

Plusieurs organisations partagent les inquiétudes des producteurs agricoles, dont la Fédération québécoise des municipalités et la Coop fédérée. Dans la région, la Chambre de commerce régionale de la Chaudière-Appalaches et plus d’une trentaine de municipalités avaient, en date d’aujourd’hui, signalé leur appui aux revendications des producteurs agricoles.

Source : UPA de la Chaudière-Appalaches

NDLR : le ministère de l’Agriculture du Québec a nommé M.Luc Godbout, fiscaliste et professeur titulaire de la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke, comme expert indépendant afin de clarifier la guerre de chiffres que se livrent l’UPA et le ministre Paradis.