stephane_thivierge
Stéphane Thivierge

Dans son édition de mars, Le Cantonnier faisait état de l’installation d’une patinoire intérieure de dimension réduite avec glace synthétique à la Polyvalente de Disraeli afin de faciliter en tout temps les exercices du lancer pour les joueurs et les techniques d’arrêt pour les gardiens.

Ce nouvel équipement qui serait, semble-t-il une primeur en sol canadien, résulte de la réflexion et de l’expérience du professeur-instructeur responsable du programme hockey, M. Stéphane Thivierge.De l’expérience, il en a puisque, dès l’âge de 16 ans, il s’aligne avec les Cantonniers de Magog (midget AAA). Et c’est parti. C’est le junior majeur avec les Bisons de Granby. Il se retrouve à Trois-Rivières où oeuvrait Clément Jodoin car il tient absolument à poursuivre de front ses études. À deux reprises, il refusera des offres contractuelles avec des équipes de la LNH qui l’envoyaient d’abord dans la ligue Américaine.

En 1988, il quitte pour l’Allemagne où il sera joueur de hockey professionnel jusqu’à son retour au Canada en 2000 en compagnie de son épouse allemande. Étant détenteur d’un baccalauréat en Éducation physique, il débute en enseignement. Depuis 2010, il est affecté au programme Hockey à l’École polyvalente de Disraeli.

Programme
Quelque cent jeunes dont 85% proviennent de l’extérieur de la région immédiate de Disraeli sont inscrits au programme. Sous la houlette de leur instructeur, ils sont appelés à développer leur condition physique et leur potentiel. Dans certains cas, c’est un raccrochage bénéfique à l’école. L’option est même devenue un produit d’appel pour l’EPD. En plus du gymnase, les jeunes ont environ trois heures/semaine de glace à l’Aréna 76 adjacente.

Les équipes de hockey de l’EPD (les Gaulois) se distinguent au sein du RSEQ (Réseau du Sport étudiant du Québec).

La relation avec les autres secteurs de l’EPD est bonne. La collaboration avec les profs est réelle et l’appui de la direction est important.

Impact
Puisant dans son expérience, Stéphane a structuré le programme à sa façon avec des modules et leurs apprentissages : positionnement, attaque à 5, système, etc, dans un encadrement rigoureux qui ne tolère pas le laisser-aller et le désintérêt collectif. «T’as besoin de faire ton travail», assure l’instructeur. «Les comportements sont importants pour moi. Un de mes buts est de leur faire comprendre que le hockey est une discipline sévère et exigeante».Et, dans ce contexte, «la priorité est d’aller à l’école et d’obtenir un diplôme grâce à une discipline de vie».

Voilà un message qui a l’heur de plaire aux parents des enfants admis au programme. «Les parents semblent très satisfaits et c’est rare que je perde des jeunes en cours de route».

De toute évidence, Stéphane affiche une assurance tranquille qui a sans doute un impact positif chez les jeunes souvent en quête de modèle. Nous sommes en présence d’un enseignant qui a su utiliser son vécu pour donner à un apprentissage tout son potentiel éducatif.