FA_Colin
France-Anne Blanchet signant l’exemplaire de Colin Barabé

C’était un lendemain de première neige. Un samedi après-midi. Et le soleil était revenu ce 8 novembre pour accompagner France-Anne Blanchet au lancement d’un nouveau roman jeunesse paru aux Éditions Bayard Canada, à la Maison du Carrefour de St-Julien.

Recherché« Recherché » est le 6e titre que France-Anne Blanchet publie et s’avère fort différent de ses précédents romans, selon les dires de l’auteure. En effet, l’action et les personnages se retrouvent cette fois dans un univers contemporain, pas si différent cependant de l’Antiquité romaine qui depuis toujours inspire la romancière. Pour elle, être publié chez Bayard Canada est comme une consécration, une reconnaissance de son travail et des efforts plus que soutenus qu’elle déploie depuis plusieurs années pour faire vivre et mener à bien ses nombreux projets.

Car si France-Anne Blanchet n’a plus besoin de présentation dans son milieu, il est quand même important de mentionner à quel point elle est une femme impliquée et passionnée. Une femme que rien n’arrête malgré les écueils et les difficultés quasi insurmontables de mener « décemment » une vie d’artiste. D’y croire et de persévérer jour après jour relève de l’héroïsme. Et à l’instar de ses personnages, France-Anne Blanchet ne manque ni de courage ni de détermination. « Autrefois, explique-t-elle, ma mission dans la vie était d’être en colère et de me battre pour ceux qui avaient de la misère. Aujourd’hui, je me bats autrement, je passe mes messages autrement et je suis beaucoup plus sereine. Tout cela, je le dois à ma communauté, à mon village, à mon milieu. » C’est par ce généreux et éloquent témoignage que l’écrivaine de St-Julien, la bonne sorcière, l’ensorcelante, la dompteuse de poules savantes a clôturé son allocution et commencé sa séance de signature.

« Recherché » est un roman qui saura intéresser les petits comme les grands parce que les enjeux sont universels, parce que les valeurs sont vraies, parce que c’est « écrit ». Bien écrit.

Dyane Raymond
Latest posts by Dyane Raymond (see all)