En fait, pas si nouvelle, car c’est depuis plus d’un an que j’habite ici. Je me suis d’abord familiarisée avec les lieux et la vie culturelle. Or, comme j’adore écrire, je me suis portée bénévole au journal Le Cantonnier.

J’ai d’abord participé à la correction de quelques articles. J’ai été ravie de l’esprit d’équipe qui se dégageait du groupe des correcteurs. Dans la pièce, plus de dix personnes attablées étaient en train de corriger les épreuves. La rigueur, la minutie, mais aussi la bonne humeur y régnaient.

J’ai été conviée à une fête champêtre. Chacun (plutôt chacune) a apporté un plat. Les hommes n’étaient pas en reste. Ils ont préparé les épis de blé d’Inde. L’ambiance était festive. Je ne connaissais pratiquement personne. Quelle ne fut pas ma surprise quand, rapidement, des gens se sont regroupés ! Facilement, avec une aisance que je ne me connaissais pas, je fus accueillie avec gentillesse, simplicité et surtout beaucoup de chaleur. Les échanges étaient cordiaux, parfois animés, mais toujours intéressants et ouverts.

Je tiens à souligner le respect dont chacun chacune a fait preuve. Point de médisance, point de haussement de ton. Des rires, oui, mais francs et sincères. Tout s’est déroulé dans l’harmonie.

Un gros merci pour votre formidable accueil.

Gaëtane Therrien