Le vendredi 8 juin aura été un jour extraordinaire pour une jeune femme tout aussi extraordinaire. De prime abord, Stéphanie Paradis est une jeune femme comme les autres. À 33 ans, elle est enseignante depuis 8 ans et elle cumule actuellement différents niveaux dans les écoles primaires de Disraeli et de Saint-Joseph-de-Coleraine. Pleine d’énergie, un peu exubérante et reconnue pour son sourire vibrant, elle habite un joli quartier avec sa petite famille.

Alors que ses amies blaguaient sur leurs malchances vécues lors de leur 33anniversaire, Stéphanie ne croyait pas qu’elle serait, elle, frappée par le « mot tabou », le cancer. Pourtant, il y a quelques semaines, elle apprenait qu’elle en était atteinte. Elle le connait pourtant et sait qu’il est sournois, car il lui a pris un grand-père et son « deuxième papa », le conjoint de sa mère, il y a quelques années.

Stéphanie Paradis

Même si elle termine l’année scolaire de façon un peu précipitée, Stéphanie est l’exemple que le cancer peut perdre à son tour, aujourd’hui, grâce aux progrès et à la recherche dans le domaine. L’espoir est effectivement au rendez-vous puisqu’une opération le 11 juin prochain lui permettra d’enrayer son cancer.

Trois jours avant, elle aura été parmi les invités qui auront sauté en tandem avec l’équipe des parachutistes d’élite, Les SkyHawks des Forces armées canadiennes, en préparation du spectacle offert au grand public le samedi 9 juin. Cet événement a eu lieu au terrain multisport du Cégep de Thetford Mines dans le cadre de la deuxième édition du Relais pour la vie à Thetford Mines.

Les Skyhawks auront été présents en ciel québécois cette seule et unique fois en 2018. Monsieur David Mercier, organisateur, reconnait que le défi était de taille de faire venir cette équipe d’élite à Thetford Mines et qu’il est très fier de tous les appuis qu’il a reçus pour mener cette activité-bénéfice du Relais pour la vie au succès.

Source : Yves Kirouac