Photo par Luc Foegues
Photo par Luc Forgues

Fin mai, dans la Baie de Disraeli, six taches blanches sur fond bleu captent le regard. S’agit-il d’oies blanches égarées? Certains suggèrent des outardes albinos, sans trop y croire. Puis, le lendemain, une seule tache vogue au loin. Alors, sans plus attendre, mon voisin Luc braque sa caméra et capte la scène. L’examen des photos révèle tout de suite qu’il s’agit d’un magnifique cygne glissant sur l’eau avec une élégance royale. Cygne trompette, cygne siffleur ou cygne d’attraction égaré? Difficile à identifier. En fait, les cygnes indigènes sont des habitués du Grand Nord, migrant généralement des États-Unis à l’Alaska. Maintenant, expérimentent-ils de nouveaux chemins migratoires en passant par le lac Aylmer? Serait-ce un effet des changements climatiques? En avez-vous croqué sur le vif, vous aussi?

Photo par Luc Foegues
Photo par Luc Forgues

Curieux, nous avons communiqué avec l’ARLA (association des riverains du lac Aylmer). M. Richard Chatelain, directeur de l’ARLA, s’est informé auprès d’un ornithologue : d’après lui, l’oiseau en question est un CYGNE TUBERCULÉ. Il est assez présent dans l’ouest et en Ontario où il niche sur les lacs de petite et moyenne taille. Ce n’est pas un oiseau indigène au pays, contrairement au CYGNE SIFFLEUR qui est indigène et qui se reproduit dans l’extrême nord du Québec près de la Baie d’Hudson et au Nunavut. Le Cygne tuberculé origine de l’Europe et a été introduit dans les états de l’est des USA au milieu du 20è siècle.

Quel spectacle d’une beauté fascinante!

Note: selon « Environnement et changement climatique Canada », au Québec, le Cygne tuberculé est un visiteur rare, mais régulier depuis 1993, à raison d’un à quelques individus à la fois, surtout dans la moitié ouest de la province. Le Cygne tuberculé est protégé au Canada et aux États-Unis en vertu de la Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs; cette loi protège tous les cygnes, qu’ils soient indigènes ou introduits.