Hélène Laplante
Hélène Laplante

En 2015, les évènements se sont bousculés pour Hélène Laplante. Elle a été l’artiste invitée de la Foire champêtre et culturelle de Plessisville; la Galerie Boréart de Granby a présenté sa collection Mémoire d’arbres dans son intégralité; elle a obtenu le premier prix au Salon des arts des Bois-Francs et exposé ses sculptures Impression animale, au prestigieux Symposium Sculpture – II au Palais des congrès de Montréal.

L'attente du chevreuil Photo par: Michel Élie Tremblay
L’attente du chevreuil. Photo par: Michel Élie Tremblay

Lors de cette exposition Madame Laplante a rencontré les représentants du Magazin’Art qui ont été séduits par son travail. Dans un long article, Isabelle Gauthier dépeint ainsi les sculptures animales grandeur nature de l’artiste : faites de résine blanche au contour vaporeux, elles évoquent leur présence furtive, presque fantomatique, dans les milieux naturels qui sont leurs demeures.

 Visiblement fière de cette couverture médiatique l’artiste en arts visuels déclarait : « Que mon travail apparaisse au sein de ce magazine est une véritable reconnaissance, à la fois, de mon talent et de ce qui me distingue des autres artistes en arts visuels. C’est le couronnement d’une année exceptionnelle et ce n’est que le début! »

Des chevaux et un ours polaire pour 2016
Déjà présent au sein de plusieurs de ses toiles, le cheval sera de retour mais cette fois en céramique fumée, technique apprivoisée par l’artiste lors de la réalisation de danseuses en mouvement. Les premiers mois de travail de l’année seront consacrés à la production de ces sculptures équines dont la sortie est prévue pour la prochaine édition du Salon du cheval, qui se tiendra à Ste-Hyacinthe fin avril.

Plus tard, quand elle aura amassé les fonds nécessaires, l’artiste souhaite ajouter à la série Impression animale un ours polaire grandeur nature. Un défi de taille!

À voir
La Galerie d’Art Debout, du Cegep de Thetford, présente jusqu’au 26 février les tableaux de la série Interférences. Les oeuvres de la série Entre mouvement ornent les murs du Toc Café jusqu’à la fin avril et si vous passez à Saint-Julien, vous pourrez observer, à la réception de la location de chalets thématiques de Daniel Lamothe, le magnifique chevreuil, grandeur nature, décrit dans le Magazin’Art l’automne dernier.