parc frontenacLe printemps et l’été 2014 furent 2 saisons exceptionnelles pour l’acquisition de connaissances mycologiques au parc national de Frontenac. Suite à l’implication et au dévouement d’un jeune mycologue amateur, Antoine Houle-Demers, un impressionnant total de 142 espèces de champignons ont été identifiées et intégrées à une collection mycologique virtuelle du parc national de Frontenac.

Xerophalina campanella, une espèce abondante au parc national de Frontenac

À l’automne 2013, un premier inventaire a été réalisé par un groupe d’étudiants en bioécologie du Cégep de Sherbrooke. Lors de ce court inventaire s’étant déroulé sur une période de 4 jours, 22 espèces de champignons furent identifiées. L’inventaire réalisé à l’été et à l’automne 2014 a pour sa part été fait par un des membres du groupe d’étudiants qui avait procédé à l’inventaire de l’année précédente, soit M. Antoine Houle-Demers. Lors de ce second inventaire, près de 250 espèces différentes de champignons ont été observées.

Polyporus umbellatus est une espèce rare qui a été observée au parc national de Frontenac.

De ces 250 observations, 142 champignons ont été identifiés et documentés. Pour y parvenir, près de 125 heures et 29 sorties terrain furent requises. Ces efforts considérables ont permis de bonifier grandement les connaissances mycologiques du parc en plus d’identifier 16 espèces de champignons potentiellement rares au Québec.

Rappelons que le parc national de Frontenac a pour mission prioritaire d’assurer la conservation et la protection permanente d’un territoire qui englobe notamment une partie du Grand lac Saint-François, la tourbière du secteur St-Daniel et les collines, lacs et marais du massif de Winslow.

 

Source : Christopher Poulin