Proclamé en 1855, le canton de Grathby,  situé au sud-ouest de Thetford Mines, est de forme irrégulière et très vallonné, et son nom évoque certains reliefs de l’Angleterre.

Il est limité au nord-est par la rivière St-François qui s’élargit et forme le lac Aylmer qui draine au sud les rivières Coulombe et Moose et capte la rivière Coleraine.

Outre l’agglomération principale de Disraeli, sa population comprend celle de Saints-Martyrs près du mont Louise, Beaulac sur le lac Aylmer, les rives des lacs de l’Est, Sunday et Breeches et quelques routes rurales.

Vue du village en 1910.

Le lac Aylmer
Ce lac nommé Maskikôgamak (lac des foins) par les Abénakis possède une superficie de 3 km2 et une profondeur de plus de 35m à son maximum avec remous ou tourbillons dans le secteur de la baie Ward.

Le lac Aylmer (le nom apparaît dans le relevé du canton de Stratford effectué par l’arpenteur A. Wells en 1849) est le résultat de l’élargissement de la rivière St-François et comprend 3 baies bordées par la municipalité de Disraeli au nord, la municipalité de Beaulac-Garthby au centre  et au sud par la municipalité de St-Gérard.

Son nom évoque Matthew Whitworth-Aylmer, 5e baron Aylmer (1775-1850), gouverneur chef du Canada de 1831 à 1835.

La baie Wards

Municipalité de canton de Garthby
Le village baptisé Garthby créé en 1874, suite à la séparation des cantons de Garthby et Stratford en deux municipalités distinctes, rappelle une localité de l’Angleterre au nom de Garth dans le pays de Galles.

Ouvert à la colonisation en 1848 par la Société de colonisation de Québec, un sol difficile retarde son développement.  En 1840 on y compte 140 Canadiens français, dix ans plus tard,  275 habitants dont 32 d’origine britannique.

La chapelle construite en 1849 est dédiée à St-Olivier en l’honneur de monseigneur Charles-Olivier Caron (1816-1893) grand vicaire de l’évêque de Trois-Rivières de 1857 à 1893.

La mission St-Charles-Borromée-de-Garthby, du côté religieux, voit le jour en 1851 et fait l’objet d’une érection canonique en 1887.  En 1889, suite à son érection civile, elle porte le nom de St-Olivier-de-Garthby.  Finalement en 1898, comme St-Olivier ne figure pas comme martyrologue romain, on change son nom pour celui de Saint-Charles-Borromée.  (Le bureau de poste local a porté le nom de Saint-Olivier de 1879 à 1883).

Municipalité du village de Beaulac
Cette municipalité, érigée au plan municipal en 1896, est détachée de la municipalité du canton de Garthby sa voisine de l’ouest, et s’étend sur une pointe de terre possédant une magnifique et abondante végétation.

Ses habitants portent le nom de Beaulacquois, appellation qui évoque la beauté du lac et ils  peuvent se vanter, sans hésitation, d’habiter un des très beaux coins du Québec.

Souvent appelé Garthby, à cause des infrastructures qui y sont installées, tel le chemin de fer, le bureau de poste et l’église Saint-Charles Borromée-de-Garthby, Beaulac n’est pas moins connu et reconnu grâce à son importante industrie forestière, ses riches territoires de chasse et pêche ainsi que ses nombreux attraits touristiques.

Source : « Dictionnaire Noms et lieux du Québec »